Le petit train



La France trace à grande vitesse sur la route du progrès. La SNCF s’apprête à lancer son offre de trains low-cost à nom débilo: Ouigo. Je ne doute pas qu'à l'instar des lasagnes Findus ou de la diversité de l'offre culturelle des chaines TNT ce produit à coûts fracassés saura trouver un large public. Méfions-nous toutefois de ce passage à niveaux. Une rhétorique peut en cacher une autre.

Ce qui ressemble à la réintroduction de la 3e classe permet en fait la disparition progressive de la classe intermédiaire, oui d'accord appelons la "moyenne". Derrière la riposte aux compagnies aériennes low-cost et la préparation à l'ouverture à la concurrence, la SNCF s'adapte ici à la conjoncture: comprendre faire un blé avec les fauchés, et si possible encore plus de blé qu'avant. Plus révélateur de l'impasse d'une époque sans autre perspective que rationalisation et austérité, la SNCF opère cette révolution ou retour en arrière (au choix) en exploitant l'héritage d'une technologie développée il y a 40 ans grâce aux investissements publics (la vitesse du TGV) pour concentrer son "innovation" sur le marketing bourrin et la taille des coûts à la tronçonneuse (et donc ne générer aucun emploi, voire à terme en supprimer).  


Bon. Voyons plus loin que le bourrage marketing du moment. Au bout de quelques années si tout se passe bien:

- D'un côté, nous aurons des trains "classes affairesconfortables, prioritaires et arrivant en centre-ville. 

- Et, ailleurs, le train "classe tous risques". Des sortes d'ID-TGV hardcore, cost-killés (plus ce serait la robotisation totale et l'absence de conducteur), avec des rames hideuses (parce que le train pour gueux se doit d'être laid) lardées de publicité et utilisées jusqu'à la corde (deux fois plus de rotations), une offre d'abord baptisée low cost pour susciter l'envie chez une cible clientèle ne pensant plus qu'en termes de rabais immédiat, de prix à négocier et de soldes permanents[1]. 

Bien évidemment les rames au confort minimum (20% de voyageurs de plus) et aux gares excentrées, où tout "service", du bagage à l'usage des toilettes, finira par être facturé, se révéleront à l'usage plus chères pour l'utilisateur que les offres économiques actuelles du TGV. 

C'est fait pour. On opérera en deux temps: l'introduction "test" de l'offre puis l'effacement progressif d'une gamme de produits à prix réduits de l'autre côté sur les rames standards. De plus, le low-cost présente cet avantage de pouvoir faire progressivement glisser les critères du "normal" et du toléré chez l'usager. Passant de l'optionnel à la norme, le succès de l'offre Ouigo permettrait à l'offre basique telle que nous la connaissons (comprendre avoir une place assise avec de la place pour poser son sac) d'être cataloguée "premium" avec le tarif qui va avec. 

Bon, nous n'aborderons pas la question de la sécurité et des horaires. Chacun, à la lumière  de cette logique comptable, pouvant appréhender ce qui découlera de cette baisse des ambitions de service (au départ public si cela intéresse encore quelqu'un). 

[1] Une troisième catégorie convoitée et nécessaire à l'image, une niche du surclassement bon marché, appelons-là "les miettes", se développera dans les interstices des disponibilités de la "classe affaire".  C'est déjà en partie le cas.

Articles connexes :
- Le tour du mystérieux train magique
- Le ticket de métro est plié
- ID-TGV La facture sonne toujours quatre fois

15 commentaires:

Politeeks a dit…

le pire c'est donc que tu ne fais plus paris-Lyon, mais Disney Marne La vallée - St Exupery, donc à toi de payer le billet de RER 7 € d'un coté et 13€ d'express vers Lyon centre. Voilà déja 20€ de plus , et 1h de trajet en plus à prévoir.

Et merde ton gros sac à dos de 30L ne passe pas sous le siège , le voilà donc en "bagage payant", a quel prix ? 10€ ? 5€ on ne sait pas.

jean-jacques morello a dit…

Juste le début d'un retour en arrière... réapparition des places de ciné 1ere classe, apparition de places train low cost : génial. Bientôt le retour des places 1ere classe dans le métro ?
Je ne sais plus sur quelle ligne je m'étais retrouvé debout avec mômes et bagages, parce que j'avais un billet sans réservation et qu'une fois monté on te dit qu'on peut te vendre un billet sans garantie d'une place assise. Ce nouveau service promet donc du lourd, avec voyage assis sur le toit et horaires à la con.

Politeeks a dit…

ah des détails Les valises supplémentaires, deux maximum, seront facturées 5€, l’accès à une prise électrique coûtera 2€, et le SMS délivrant les informations du voyage, 1€.

Ben moi qui suis pauvre comme un 1/2 pauvre, je vais décevoir Seb Musset , mais si ça me permet d'aller voir les lyonnais en payant 25€ un A/R: je ne vais pas cracher dessus.

seb musset a dit…

@Politeeks > Comme j'ai dit en préambule: on ne va penser que économie immédiate et donc ça va marcher.

Politeeks a dit…

ben oui les prix des billets de TGV sont devenus execessifs surtout quand le TGV fait 1/3 du trajet sur ligne "rapide" et finit sur une ligne unique (j'ai vecu ça 2 fois en une semaine, dont une avec voiture bar occupée par gros cons bruyants).

après oui bien sur qu'on voit l'economie immédiate. Donc pensons un peu : est ce que le personnel SNCF affecté à ces trains est payé moins cher? est ce qu'il perd sa convention collective ? Est ce que ça pollue plus ? Je n'ai pas l'impression. Comment etre sur que ça supprimera des emplois ? Moi je ne le suis pas du tout.

Bien sûr que la SNCF use donc un matériel et infrastructures anciennes et ruse pour fournir un service à ceux qui ne peuvent PLUS payer 100€ le Paris Lyon avec voiture Bar qui ne lui sert à rien.

Ca veut dire des A/R Lyon ou sud la France pour voir des potes pas vu depuis des années qui est possible.

Après l'autre qui voit des voyageurs sur le toit, je veux bien la meme drogue.

seb musset a dit…

@Politeeks > Mais justement les 100 euros du Paris Lyon n'ont rien à voir avec la voiture bar, c'est ça la ruse.

Là on te vire le superflu qui est censé justifié l'inflation du ticket et on te dit "économie". Si on ne l'avait pas mis en premier lieu, il n'y aurait pas d'embrouille.

seb musset a dit…

De +, si payer 100 euros pour un Paris/Lyon est trop cher, payer 10 euros n'est pas "normal" non plus. Mais je leur fais confiance pour le 10 devienne 50 à moyen terme ;).

usclade a dit…

Pour ma part, ce TGV, je l'aurais appelé Go Dwin et non pas OuiGO.
Je m'explique : je suis surpris que Pépy ait osé mettre la SNCF "au low cost", ça fait un peu solution finale, non?
Surtout quand on connait l'actualité récente de la SNCF dans les tribunaux, avec les déboires de la compagnie ferroviaire sur ce sujet dans les années 40 (oui c'était pas Marne la Vallée, mais Drancy...).
Brrr.. (mon commentaire me fait froid dans le dos)

Politeeks a dit…

Seb, je crois que sur bcp de destination on a déja bcp de promotions genre 20, ou 40€ l'aller , de prix varient en fonction de la date, heure , du temps par rapport au départ etc..

Y'a plus que sur les TER que tu as des prix certains quand tu restes dans ta région.

Et usclade son commentaire ? sa drogue était faisandée?

jean-jacques morello a dit…

@politeeks de la javel avec un soupçon d'humour en intraveineuse. Tout simple.

blaz a dit…

j'ai du mal à comprendre ton billet.

tout le monde trouve les billets de train trop cher.
pourtant la SNCF n'augmente pas le prix pour le plaisir de ses actionnaires, car il n'y en a pas.
Si les prix augmentent, c'est que les coûts augmentent aussi pour la SNCF : l'électricité, le coût des péages à RFF, le prix du stationnement à quai dans les gares les plus convoités, (appartenant aussi à RFF) et le coût des avantages sociaux des cheminots.

Si la sncf demande de l'argent à l'état, les français vont hurler sur le thème "la sncf c'est des gros nazes qui nous coutent un fric fou en impôts"
Ces même français qui souhaitent ardemment punir les cheminots de leur grèves en appelant de leur voeux une privatisation de la méchante SNCF (privatisation supposée baisser les prix comme celà se passe actuellement avec l'électricité et le gaz très certainement).

Du coup la SNCF, prise en étau entre l’augmentation de ses coûts, l'impossibilité de demander de l'argent à l'état, l'ouverture à la concurrence plus ou moins souhaitée par ses usagers revanchards et l'Europe, et l'impossibilité d'augmenter encore le prix des billets, et sa mission de service public (transporter le plus de gens le plus rapidement, partout), arrive pour une fois à faire une offre pas chère.

certes il n'y a pas de voiture bar, en même temps, si tu n'as pas les moyens de payer 100EUR ton billet de train , tu n'as sans doute pas les moyens de payer 12EUR le plateau repas.

Les trains partent des gares excentrées. Soit, mais il faut bien réduire les couts quelque part, et comme ce n'est pas sur les avantages sociaux des cheminots que ça va se faire, il faut bien faire des économies ailleurs.
donc sur le cout du péage.(si l'Europe n'avait pas pondu ses directives d'ouverture à la concurrence, le prix des péage serait resté le même dans toutes les gares, comme quoi la libéralisation hein...)
Qui plus est, il faudrait pas oublier qu'il ya "juste" 2 à 3 millions de personnes qui vivent en banlieue Est de paris pour qui c'est sans doute plus simple d'aller à marne la vallée qu'à gare de lyon, intra muros.

Enfin, pourquoi parler de classe tout risque ? les sièges seront identiques à ceux qu'on trouve en seconde dans les tgvs classiques, la place gagnée se faisant sur la voiture bar et la suppression des espaces bagages.
Les rames sont des Tgv duplex neuf, donc pas encore usé jusqu'à la corde comme tu le dis, et avec les mêmes standards de sécurité qu'ailleurs.
Ce sont des tgvs qui utilisent les lignes LGV, donc avec le même niveau de priorité sur le réseau.
Quant aux horaires, partir à 12h25 de marne la vallée, n'est pas spécialement contraignant contrairement à un idtgv à 6h55 à gare de lyon.
Donc pourquoi classe tout-risque ?
La population qui va prendre ses trains seraient-elles dangereuses parce que n'ayant payé que 20EUR ?
Je n'ose croire Seb que tu fasses implicitement un lien entre pauvres et risque.

Le seul risque qu'il risque bien de se réaliser, c'est que ça va sentir le sandwich au pâté lidl dans les rames.

Maxence a dit…

@Politeeks: D’après les détails que tu donnes, pour aller de Paris centre a Lyon centre il te faudra débourser 13 + 7 euros de trajet + 5 euros pour un bagage. Ça fait déjà 50 euros aller-retour. Si le billet Ouigo coute 25 euros ça fait tout de même 75 euros l'aller retour. Tu n'es plus qu'a 25 euros d'un billet SNCF dit "normal" et les conditions de voyages ainsi que le temps de trajet seront bien moins bons.
C'est un peu comme avec EasyJet qui se trouve sur les mêmes destination qu'Air France, oui le billet de base coute moins cher mais dés que tu sors du "standard" tu payes finalement aussi cher (frais de dossier, frais de moyen de paiement, frais pour les bagages, pas de boissons ni de snack...). Au final un écart de seulement quelques euros si tu réserves tes billets suffisamment tôt. Rajoute a cela le fait que sur EasyJet c'est premier arrivé premier assis et donc tous les autres passagers sont tes ennemis dans la fil d'attente. Bonne ambiance en salle d'embarquement!
Les Low-Cost sont des bétaillères a transporter du "standard": du couple sans enfant avec sa petite valise a roulette ou du commercial en vadrouille avec son portable et costume 2 pièces. Les taxes et le cout du matériel sont pratiquement les mêmes pour un même trafic voyageur que tu sois un Low Cost ou pas alors les Low Cost compressent a mort sur tous les autres postes de dépenses comme les salaires et autres.
Faire passer ça pour une révolution alors qu'a terme c'est de moins bonnes conditions de voyages et de travail pour les salariés, bonjour la réussite.
Le Low Cost sert surtout a maintenir l'illusion d'un pouvoir d'achat pas trop en berne alors qu'en réalité nos salaires stagnent depuis une décennie sous prétexte d'une conjoncture morose...C'est du nivellement par le bas pur et simple mais qu'on arrive a faire accepter a tout un chacun plutôt qu'il aille quémander pour être mieux payé

usclade a dit…

Plus sérieusement, je laisse tomber mon humour douteux car le sujet est tout à fait sérieux et le ferroviaire est un grand centre d'intérêt pour moi.
La SNCF est sous la tutelle de l'Etat. Depuis la fin des années 80, elle met en oeuvre la poiltique dictée par les gouvernements qui relaient eux la politique dictée par Bruxelles : démantèlement, libéralisation, privatisation douce (par filialisation et vente à la découpe).
Comme tout est idéologique, la SNCF a accepté la modernisation du monde : ce qui est moderne, c'est ce qui est flexible.

Donc c'est la gestion par flux tendus, donc abandon du fret sur rail, faut des camions conduit par des chauffeurs plus dociles et dévoués (bref, plus "compétitifs") que les cheminots partout sur les routes. Dans les années 80, la Poste utilisait le train pour la plupart des transports intérieurs et le J+2 était garanti en affranchissement standard. Les trains corail avaient en général un fourgon postal, un fourgon à bagages pour les bagages accompagnés et les messageries rapides, voir même parfois une voiture de jeux pour les enfants. La Sernam permettait à n'importe qui d'expédier sans se ruiner une armoire à son neveu habitant dans le Massif Central.

La modernité c'est aussi des TGV "charters" pour relier Paris à tous les coins de France, transformant Paris en énorme hub, avec usage du métro obligatoire pour les correspondances entre les (aéro) gares pour tous les autres trajets interprovinces (rappelons que plus de 80% des français habitent en province !) . Un régal quand on voyage en famille avec des enfants en poussette..
Des gares TGV "betteraves" au milieu des champs, avec des parkings immenses, rendant impossible un trajet en train sans usage de la voiture (gare TGV du Creusot, à 300m de la ligne TER SNCF classique, mais pas de connexion..)
En 20 ans, le réseau ferroviaire a fondu comme neige au soleil, et il ne mérite plus son appelation "réseau". C'est désormais un aggregat de lignes déconnectées, convergeant vers Paris.
Logique, la SNCF s'est alignée sur son modèle à suivre : le transport aérien.
Louis Gallois et Pépy ne s'en cachent pas. C'est une fascination chez eux.

Que la SNCF se débrouille pour rendre son offre plus attractive dans un monde toujours plus concurrentiel, vu qu'elle est configurée comme une entreprise privée, je ne lui reproche pas. Une entreprise travaille sur sa gamme de produits, jongle souvent entre le haut et le bas de gamme, ce sont les défis stratégiques qu'elle doit assumer, elle les rationalise en fonction des circonstances.
Ce qui est plus triste, c'est que je pensais que Pépy avait un peu évolué dans son obsession d'imiter le transport aérien pour se recentrer sur le réseau. C'est raté, avec le low cost, c'est une belle rechute..

extrait AFP du 24 janv. 2013 sur la célébration du 2 milliardième voyageur du TGV
M. Pepy estimait qu’on ne pouvait « pas imaginer un droit de chaque ville au TGV en France » et affirmait qu’il fallait en finir avec le « Tout-TGV » alors que 300.000 personnes circulent, chaque jour, à bord de ce train symbole contre cinq millions dans un autre train.

Le credo de Guillaume Pepy a changé. Il n’a de cesse de marteler sa priorité : « le réseau existant, les trains du quotidien et l’Ile-de-France »

blaz a dit…

pour rependre mon dernier post, je nuancerais en disant que ce n'est pas tant le tgv low cost qui est à reprocher, mais bien le fait que le frnaçais moyen n'ait plus les moyens justement de prendre le tgv "classique".

pour rebondir sur le commentaire d'usclade, c'est clair que les gares betteraves sont un scnadale absolu. sur la LGV est, il a été décidé de construire une gare betterave à équidistance de metz et nancy pour des raisons de guéguerres politiques entre les deux villes. (à moins de 100km chacune de la gare).

A la limite ça pouvait se comprendre.
La où on rigole jaune, c'est que cette gare n'est pas connectée au réseau TER, donc de metz ou de nacy c'est soit le bus soit la voiture !

et là où on rigole plus du tout, c'est qu'à 20km existe une gare TER qui dessert les deux villes et qui est traversée par la LGV est justement !!
mais il n'y a pas d'arrêt...
Il est donc proposé de créer un arrêt à cette gare, sauf que la nouvelle gare betterave étant construite, il faut bien s'en servir, du coup le TGv s'arrêterait aux deux ! 20km en TGV c'est du RER de luxe ça !!

enfin quand usclade dit qu'il ya 5millions de voyageurs dans les trains hors tgv, cd n'est pas incohérent avec ce que dit M. pepy comme quoi sa priorité est le "train quotidien".
Sur cest 5 millions de voyageurs hors tgv, cest pour les deux tiers des trains de banlieue/RER en IdF ou les TERs qui font office de RER dans les capitales régionales.

usclade a dit…

On est d'accord Blaz, je suis allé un peu vite dans mon explication. Lors du discours sur le 2milliardième voyageur, j'avais apprécié le recentrage de Pepy.
C'est le terme "low cost" qui me fait penser a une rechute..