Le syndrome de l'auto-entrepreneur

Il s'est passé quelque chose hier sur Twitter. La démocratie liquide a croisé les patrons en carton et les libéraux ont craqué l'allumette. 

Des auto-entrepreneurs sont en colère contre le gouvernement, ce dernier ayant décidé (il parait) de réformer (comprendre: ils vont payer des impôts comme les autres entrepreneurs) leur régime préfabriqué par la droite, concurrençant au passage les artisans dans un dumping salarial éhonté. 

Et voilà nos jeunes dépolitisés (lire ce texte c'est bouleversant), se pensant Steve Jobs réincarnés grâce à un dispositif pensé à l’origine pour contrôler les revenus d’appoints des retraités vendant trois bricoles sur Ebay, récupères par la secte pyramidale des libéraux qui les appelle à manifester. Rien que l'idée d'une manifestation commune de gens qui ont opté pour l'isolement volontaire, le piétinement des droits du travailleur et la mise en compétition de chacun d'entre eux au bénéfice du commanditaire (qui aurait pu être leur employeur) devrait suffire à prouver combien ce pays a eu le cerveau dézingué par dix années de droite. Combien étaient-ils à se bouger pour le maintien des services publics ou contre la réforme des retraites ?

Je me suis toujours méfié de l’auto-entreprise avant même sa création (relire ce texte d'il y a 4 ans, je n'en change pas une ligne) qui, sur fond de crise, faisait entrer le loup de l'individualisme chez les plus jeunes. Depuis l'échec est prouvé: 9 auto entrepreneurs sur 10 gagnent moins que le SMIC, plus de la moitié ne génère tout simplement rien. Je m'étonne ainsi que, à part la micro bulle des quelques cas particuliers de consultants ou infographistes, bref du travailleur qualifié s’offrant au rabais et surreprésenté sur Twitter, on puisse encore trouver des gens pour la défendre sur la durée.  

Ma vision du monde est simple, mais bizarrement je ne me lasse pas, jour après jour, d’en constater la pertinence: il y a les exploiteurs et les exploités.  La force de l'auto entreprise est de faire passer à moindre frais les seconds dans le camp des premiers. Il n’est donc pas étonnant, en plein débat sur le "coût du travail", que les libéraux (et parmi eux les plus thunés) s’engouffrent dans la brèche pour défendre ces entrepreneurs en rodage (qui mériteraient plutôt qu'on leur finance leurs projets, si ceux-ci tiennent la route), mais dont certains ont déjà les bons réflexes: Penser qu'il est normal de bénéficier d'une fiscalité allégée tout en opposant leur courageuse activité à celle des "feignants de chômeurs" ou pire aux "fonctionnaires privilégiés". (C'est l'axe argumentaire qui se dessine). Le "soldat auto entrepreneur" à 800 euros de CA s’estimant spolié, violé, victime de racisme (si, si je l'ai lu) constitue de la chair fraîche pour la secte libérale. 

Nous doutons que cette nouvelle sophistication du syndrome du larbin aille plus loin que les réseaux sociaux. Mais tout de même, mettons en garde les "soldats": Quand tu as un libéral en face de toi, au-delà de l’échec de sa doctrine à rendre heureux les gens là où elle a été appliquée depuis quarante ans, rappelle-toi qu'au final sa philosophie de vie se réduit à ça: le plus fort écrase le plus faible. 

Et dans cette équation où te situes-tu mon auto-entrepreneur sans droits avec tes 800 euros de CA ?

Articles connexes:

128 commentaires:

Anonyme a dit…

Rien pour les journalistes exploités par les journaux/sites internet qui demandent à leurs employés de prendre le statut d'auto-entrepreneur pour éviter de payer leurs charges sociales???? Statut pourri!!!!!

Léonie a dit…

Oh oui honte aux auto entrepreneurs qui ont choisi de se sortir les doigts du cul plutôt que de rester des assistés...

Arrêtez ce nivellement par le bas, la France n'est pas remplie d'hommes égaux, il faut l'accepter.

Anonyme a dit…

Chacun sa route.

Une société dans laquelle il n'y a plus d'esprit d'entreprise est une société morte. Croire que l'état peut (et veut) faire le bien du peuple c'est être bien naif.

Comparer les chefs d'entreprises à des exploiteurs! Le libéralisme à de l'esclavagisme! Wouah.

seb musset a dit…

@Leonie > Merci par ce commentaire de ce justifier le billet.

@Anonyme > Dans la purée ambiante, c'est bon de rappeler de temps en temps les basiques.

Anonyme a dit…

Au nom des pauvres, chômeurs en fin de droits, en ASS, allocataires du RSA qui ont essayé de retrouver un semblant de vie sociale en créant tant bien que mal un emploi qu'on ne leur offre jamais, merci pour cette démonstration de mépris.
Vous moquez les 800€ de CA en moyenne généré par cette activité, sans doute parce que vous n'avez jamais eu à vivre avec moins de 200€/mois une fois le loyer payé.
Ce statut était loin d'être parfait, il y a eu beaucoup d'abus, mais n'imaginez pas que les pauvres sont tous devenus des libéraux en devenant auto-entrepreneur, nous voulions juste travailler et vivre décemment. La "gauche" ne fait rien pour ça.

Asclespios a dit…

C'est vrai que le statut d'auto entrepreneur est une vaste fumisterie, mais ceux qui ont choisi cette voie n'avaient sûrement pas d'autre choix.
J'ai du mal à croire que ce ne sont que de vulgaires libéraux avec la mentalité pourrie qui va avec ,mais plutôt que ce sont des gens(jeunes?),qui ont choisi (?) ce statut avec la seule perspective de pouvoir s'en sortir.
Il est vrai que ce statut fait concurrence aux artisans et on peut comprendre qu'ils se défendent .
D'un autre côté que penser des retraités qui "s'emmerdent" et s'occupent en faisant du bénévolat et par ce fait occupent des postes qui pourraient être rémunérés et occupés par des jeunes(entrepreneurs?).
Le problème est que ce statut de bénévole est valorisant dans notre société !
Mais moi,je dis ça ...je comprends rien.

Jérôme a dit…

Exploiteurs et exploités ? Un peu binaire et caricatural comme vision, tu nous as habitués à mieux que ça !
Les AE seraient une concurrence déloyale pour les artisans ? Le bonne blague ! Il faut vraiment méconnaitre le terrain pour croire ça. Les artisans payent certes plus de cotisations mais ils déduisent leurs frais et facturent leurs matériaux, ce qui n'est pas le cas des AE. Ces derniers sont en plus limités en CA. Ils ne jouent donc tout simplement pas dans la même cour, ce n'est pas de la concurrence, c'est de la segmentation de clientèle.
Quant à la traditionnelle opposition fonctionnaires/autres travailleurs, je n'y crois pas du tout. Les fédérations d'AE savent très bien que pas mal de fonctionnaires sont AE pour tenter d'arrondir leurs fins de mois.
Le statut n'est sans doute pas parfait et comme partout il y a des dérives et détournements. Ce n'est pas une raison pour plonger tête baissée dans un débat idéologique simpliste avec des bons et des méchants.

Toutatis a dit…

A priori il s'agit d'une mesure stupide pour plusieurs raisons.

D'abord une bonne partie du travail des auto-entrepreneurs sera transformé en travail au noir.

Le caractère forfaitaire des cotisations va éliminer tous ceux qui avaient une faible activité, au bénéfice de qui et de quoi ?

Il faut être naze pour pénaliser l'activité au moment même ou nous entrons en déflation.

Cela ne veut pas dire qu'il ne fallait pas supprimer certains abus, mais c'est un peu plus difficile que de signer un papier dans un bureau ministériel.

Holande ferait mieux de s'occuper de la situation des ses propres employés en CDD, qu'on réembauche d'année en année en donnant un nom différent à leur emploi, car sinon il faudrait les embaucher en CDI. Et qu'on vire dès qu'ils ont travaillé assez longtemps pour bénéficier de la loi Sauvadet. ça concerne 25% au moins des employés des Universités, et ensore plus dans les organismes de recherche.

Anonyme a dit…

Finalement dans ta vie il n'y a pas de choix possible: la seule option c'est l'étatisme à tous les étages.

Tout ceux qui ne sont pas comme toi ne sont que des exploiteurs ou des exploités. Bref des moins que rien à qui on ne devrait pas donner donner la liberté de choisir.

Vive la liberté. Stop l'état, source d'injustices, d'exploitations et de malheurs.

Taka a dit…

Penser qu'il est normal de bénéficier d'une fiscalité allégée tout en opposant leur courageuse activité à celle des "feignants de chômeurs" ou pire aux "fonctionnaires privilégiés". (C'est l'axe argumentaire qui se dessine).


>> Pour avoir fréquenter des auto-entrepreneurs de très très près, je ne peux qu'acquiescer.

Beaucoup sont désœuvrés (au sens propre, quand on est auto-entrepreneur, on passe beaucoup de temps à attendre et donc à rien foutre...), individualistes, compétitifs (je déteste ça) et surtout, soyons honnêtes deux minutes, ont longtemps été motivés uniquement par la cupidité.

Donc même si je suis évidemment d'accord sur le fait qu'il ne faut pas pénaliser l'activité, je ne peux m'empêcher de doucement ricaner de cette situation et de ce cri d'injustice poussé par les entrepreneurs qui se prennent vraiment pour ce qu'ils ne sont pas, à savoir des gens "dynamiques" et "d'utilité sociale" (ça aussi, je l'ai lu) alors que combien ont des projets absolument irréalisables et n'ont du travail que 1 semaine sur 3 (contre leur volonté, certes)?

Et quand je lis les commentaires, je suis tout aussi sidérée parce que ça donne l'impression que les gens réduisent leur situation à deux états : soit auto-entrepreneur qui a une chance sur 10 de gagner de l'argent, soit chômeur. C'est tout.
En un mot, on dirait que les gens ont carrément renoncer à l'idée même qu'ils avaient le droit, et même qu'il était du devoir de l'état (sinon à quoi sert-il?) de nous fournir du travail normal, dans les entreprises, les administrations, les commerces...

A côté de ça, les bouchers, les boulangers, les petites boîtes de mécaniques etc... se plaignent de ne pas trouver de main d’œuvre malgré des salaires attractifs... pourquoi? Parce que les gens se trouvent trop bien pour couper de la viande ou une plaque de métal? Par contre, cela ne leur pose pas de problème de monter leur entreprise d'import-export et de vendre des T-shirts 30€ mais fabriqués pour 4€ en Thaïlande pour un CA de 1000€ par mois, grand max (du déjà-vu, je n'invente rien)?

"Le cerveau dézingué par 10 années de droite", c'est vraiment le moins qu'on puisse dire, surtout pour ma génération (les 20-30 ans).

Moi les auto-entrepreneurs, ils me font vraiment penser aux endettés (et donc des intoxiqué du libéralisme dans un sens), d'un point de vue purement sociologique/idéologique.
Ceux-là même qui ont pris des crédits de 25 ans pour acheter leurs cages à lapins, et qui une fois l'étau financier s'étant resserrer autour de leur petit cou vont rejeter la faute sur la droite, la gauche, les arabes, les chômeurs, les faux-dépressifs, bref tous ces "profiteurs du système" qui volent leur pain durement gagné... alors que concrètement personne ne les a jamais forcer à s'endetter et s'enchaîner à vie au nom d'un bien sur-évalué.

Avec cette dernière phrase si percutante(je suis cynique):
"Moi je me dois me lever tous les jours et aller bosser pour rien alors que l'autre salaud de chômeur gagne autant que moi en glandant toute la journée"

Mec, c'est pas le chômeur qui t'as endetté.

Anonyme a dit…

Ca n'est pas le role de l'état de fournir un travail. Au contraire. Comment l'état pourrait il savoir les emplois dont la société a besoin et envie?

Le profit n'est pas le mal. Au contraire. Faire du profit c'est créer de la richesse et nous avons besoin de richesses.

Chacun doit être libre de bosser comme il le veut. Si le statut d'AE ne fait pas rêver certain soit. De la même façon le statut des autres ne fait pas rêver les AE.

Ce que je ne comprends pas c'est l'énergie dépensée par la gauche pour enfermer tout le monde dans le même moule. Comment peut on prétendre savoir ce qui est bon pour tout le monde?

Vive la liberté. Stop l'état, source d'injustices, d'exploitations et de malheurs.

Toutatis a dit…

Ce qui ne passe pas semble-t'il ce sont les cotisations forfaitaires. Ceux qui sont salariés même à temps partiel payent des cotisations proportionnelles à ce qu'ils gagnent, et ceux qui ne travaillent pas ne payent rien du tout (et pourtant bénéficient de la CMU). Alors que celui qui est auto-entrepreneur (et même celui qui est entrepreneur tout court) même en ne gagnant rien il paye.
c'est n'importe quoi

Toutatis a dit…

Selon les dernières nouvelles, ce n'est pas aussi défavorable qu'on le pensait. Selon Les Echos : " des cotisations simplifiées calculées sur la base du chiffre d'affaires, pas de forfait en l'absence d'activité, une fiscalité libératoire en option, etc. Si les autoentrepreneurs « gagnent zéro, ils continueront de payer zéro ».

Anonyme a dit…

Certains commentaires sont vraiment risibles.

Si ce statut ne fonctionne pas, c'est que tout simplement il n'y a plus de boulot.

Au lieu d'argumenter de contre-argumenter on devrait peut-être penser à un autre système économique...

Gwendal a dit…

Ce "débat" sur l'autoentrepreneur aura au moins un mérite : il replace le débat sur le libéralisme et fait sauter le vernis patriotique / nationaliste qu'essayait de prendre la droite classique et ses trolls ces derniers mois.

Après, sur le fond et sur la forme :

Le statut est pourri, définitivement, là dessus le débat ne se pose pas vraiment. Le seul avantage c'est la cotisation zéro en cas d'absence de chiffre et la simplicité de paperasserie. Mais au final, tout ca ca ne permet qu'une chose : faire croire que créer une entreprise c'est anodin et que si elle ne sert à rien c'est pas grave et gratuit. Dès que tu commences à vraiment bosser et à faire un peu de chiffre (même 700 petits € par mois), au final tu t'aperçois qu'être imposé sur le CA, avec aucune déduction de frais et d'investissements possibles c'est une arnaque totale.

La vraie question se situe plutôt dans la condition générale des petites entreprises et des travailleurs indépendants. Je ne parle pas des fous winners startupers qui se croient déjà riches et à la conquête de la silicon valley, mais de la majorité des entrepreneurs en TPE et PME : boulanger, maçon, informaticien indépendant, petit commerces et prestat de services pour PME en général.

Ne vaudrait-il mieux pas trouver pour ceux-là un cadre réglementaire adapté à la précarité de ces métiers (au pif, pendre le RSI et intégrer tout ca au régime général, déjà), réviser toute la partie administrative pour la rendre accessible au commun des mortels sans devoir passer par un cabinet d'experts comptables dès que tu arrives à bouffer de ton activité ?

Un environnement plus humain-compatible à ce niveau aurait de multiples avantages :
- ne créeraient une boite que ceux qui le veulent vraiment et en ont le besoin
- toutes les petites boites auraient une respiration (même en gardant les mêmes taxes, tu réduis la paperasse et tu proposes une vraie sécu, déjà...)
- tu gommes la différence entre AE et TPE normale, donc exit le dumping.

Le seul souci, c'est qu'il faudrait pour cela que les premiers concernés, à savoir les petits patrons, acceptent d'être traités comme le populo (régime général de sécu, qu'ils ont refusé de tout temps ces débiles) et que le gvt aie le cran de faire une remise à plat de certains mécanismes administratifs inutilement lourds concernant les petites boites.

Antoine Laquestion a dit…

Comique de voir toutes ces personnes voir leurs arguments se retourner contre eux.

Le statut d'AE favoriserait l'entreprenariat ? Pas vraiment. Vu les effets de seuils hallucinants que le statut engendre quand on veut en sortir, l'auto-entrepreneur est poussé à limiter ses prestations dès qu'il a dépassé un certain maximum, sous peine de voir son revenu baisser. Le statut tire inexorablement vers le bas.

L'auto-entreprenariat n'est même pas une mesure réellement libéralo-compatible, dans le sens où il fausse totalement la concurrence grâce à une intervention (négative) de l'État. Ce qui montre bien finalement qu'au delà de leur prétendue pureté idéologique, tous ces enfumeurs néo-libéraux cherchent surtout les meilleures solutions pour continuer à engraisser.

Anonyme a dit…

Ces mêmes enfumeurs libertarés sont également atteint d'une quasi-psychose vis à vis du grand méchant état. Il est partout et est source de tous les maux. Leur grand satan. (avec le communisme bien entendu). \o/

Fouyaya, qu'il est infernal de vivre dans un monde gouverné par l'islamo-communisme(ainsi que par le féminisme le plus hystérique). :'(

Anonyme a dit…

(ne pas oublier toute l'engeance rom qui fait rien qu'a saboter notre industrie du crime locale-de-souche... croyez moi bien qu'on risque pas d'croiser du rom AE ici-bas, trop feignasse le romano, même pour le "business" ! ^^ )

Max Self a dit…

je comprends quelques arguments mais pas certaines postures.

Le statut d'auto entrepreneur permet à quelqu'un qui voudrait donner des cours de musique par exemple d'avoir un numéro de Siret, d'être déclaré, de pouvoir délivrer des factures..

Si la personne arrive à un nombre d'élève qui lui permet d'en vivre et que cela dépasse le seuil maximum de gain imposé par le statut d'auto entrepreneur elle pourra alors passer à l'étape suivante pour son activité c'est à dire créer une entreprise ou même se former en associations ou plusieurs autres choix..

Où est le mal là dedans?

Antoine Laquestion a dit…

Le mal n'est pas dans la simplification, mais dans la division par deux du montant des charges sociales (hors charges). Et passer du statut AE à un statut entrepreneur est loin d'être facile, justement à cause de cet énorme cadeau, qui saute dès qu'on franchit un certain seuil, et ce, rétroactivement, sur toute une année.

Anonyme a dit…

Tanpis, on repassera au black, je suis patron de moi même et c'est hors de question que je bosse pour ceux qui ne veulent pas se lever le matin ou embaucher ceux qui crache dans la soupe à la moindre occasion. J'ai donné !

Profitez de votre dernière décennie d'avantage du salarié car content ou pas si vous produisez a 100€ en france et que votre voisin allemand peut se permettre de le faire a 80€ car il paye moins de charges et bien l'acheteur prendra le moins cher (a qualité équivalente) sans jamais penser au pauvre type qui a été exploité.

Je plain celui qui n'aura pas fait d'économie sous le matelas dans les 10 ans a venir... En plus vu la 'vraie' crise a venir, avoir du cash permettra de faire de très bonnes affaires !

Signé un égoïste (hors cercle familial) qui assume totalement et a qui faudra pas venir pleurnicher dans 10 ans.

Cricket a dit…

@Max Self, c'est exactement ce que je fais : en tant que fonctionnaire, je propose sur mon temps libre des cours d'informatique aux particuliers, principalement pour me forger une expérience à placer sur le CV en vue d'un changement de carrière, mais aussi pour compléter les fins de mois parfois difficiles. Si la clientèle répond présent et que je peux en vivre au bout des 3 ans, pourquoi pas mais c'est clairement pas le but premier de mon AE.
J'ai aussi un peu de mal à comprendre, dans mon cas, le flot de reproches, souvent virulents et condescendants qu'on fait à l'auto-entreprise.

Anonyme a dit…

Très drôle ce dernier commentaire.
Effectivment la vraie crise est à notre porte mais le "cash" ne vaudra plus rien.

Si des Etats américains pensent à retourner à l'étalon-or, c'est pourquoi à votre avis ?
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/05/01/apres-l-utah-d-autres-etats-americains-tentes-par-le-retour-a-la-monnaie-or_1692488_3222.html

D'ailleurs cela fait déjà un petit moment que l'université du Texas à une double compatibilité. Une en dollars et une en or.

A ces admirateurs du capitalisme à tout va, ne se rendent même pas compte que la bête est en train de donner son dernier soupir.

Anonyme a dit…

D'accord avec vous sur l'histoire de l'étalon-or, j'ai oublié de préciser que le 'cash' ne veut pas dire forcement 'euro' et qu'il vaut mieux changer la moitié en napoléon, ou pour ma part en chf or...

Anonyme a dit…

Pour ma part c'est bien simple. Je suis auto-entrepreneur, et d'un point de vue personnel je préfère me lever chaque matin, bosser de 8h à 19h ou plus, et gagner ne serait-ce que 500 euros par mois !
Plutôt que l'on me donne 800€ sous forme de pointage au chomage, de RSA, alloc, CAF & Co.
Le jour où le statut d'autoentrepreneur est supprimé où qu'il faut payer ses charges même si on n'a pas fait de chiffres d'affaires.
Eh bien tan mieux ! J'économiserai les charges que je donne à l'état chaque mois, je continuerais à faire ce que j'aime faire dans mon boulot, mais ce sera au black !

Le statut d'auto-entrepreneur a donné la chance à des milliers de personnes de créer leur travail et de retrouver un peu de fierté, à défaut de toutes cette bande d'incompétent et d'incapable, accro de la réunionite que sont l'état et ses soit-disant Pôle-Emploi & co, qui n'aiment pas leur boulot, et où l'horloge et le chronomètre dans le cul sont roi.

Quant à l'excuse de la "concurrence déloyale" laissez moi rire. ça n'est qu'un prétexte bidon.
Ah ! C'est sûr l'artisanat ! Pfff
Prenons un exemple :
Le mois derniers j'ai fait faire 2 devis pour remplacer le robinet de ma baignoire. L'artisans m'a proposé un robinet high-tech avec LED de couleur eau chaude/eau froide : 600 euros pièces et mains d'oeuvres... Le pti jeune autoentrepreneur m'a proposé un robinet normal et m'a demandé 80 euros pour la même chose.
Ou sont les exploitants et les exploités dans l'histoire ?

Pfff, ça me dégoûte tout ça !

Abdel Housni a dit…

Jimi Tunnell - Too Yound To Be Greedy | 1985 | http://www.youtube.com/watch?v=DR3q1Xwn38A

Anonyme a dit…

@23:54

Un vrai travailleur, que dis-je, un vrai Entrepreneur, ca devrait bosser largement plus de 15 heures par jour et pour max 100 euros par mois, histoire d'être un minimum compétitif. T'est vraiment une larve de feignasse finie. J'ai honte de vivre dans un pays ou des fainéants pareils la ramènent constamment alors qu'ils sont les rois de la glande !

Omnireso a dit…

Bonjour,

Des choses intéressantes sont dites dans votre billet, et dans certains commentaires également.

J'en retire que le statut (régime fiscal) AE est le bouc-émissaire parfait : arrivé à une période où :

> il fallait trouver une solution pour donner à penser que la france n'était pas si victime de son immobilisme et de sa lourdeur administrative (créer son entreprise, facile en 2 clics)

> il fallait trouver un échappatoire aux chiffres du chômage (transformer les demandeurs en chefs d'entreprise)

> il fallait insuffler un dynamisme dans les mentalités et agir, dans l'urgence, (aussi) pour faire face à "La crise" ...

Il apparaît que, bien entendu, AE n'est pas le messie attendu :

Sans âpre réflexion, sans business plan, sans trésorerie, l'entreprise ne tient pas, et toutes les facilités offertes par ce régime participent, EN FAIT, au succès potentiel d'une création : Si, il faut provisionner; si, il faut faire ses comptes en prévoyant de passer à la TVA rapidement; si, il faut facturer peu ou prou à la hauteur de ce que facturent les "vraies" entreprises, sans quoi l'activité n'est pas viable sur le long terme, etc (ces remarques ne s'appliquent peut-être pas à tous les cas de figure...)

Haro sur l'AE ! La réflexion se fait aujourd'hui, à posteriori.

Je pense que ce que vous décrivez dans le billet est de toutes façons vécu par les AE, mais tout cela aura eu l'avantage de faire réaliser certaines choses.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
omer a dit…

Bonjour,
Intéressante discussion.
Petit problème, le statut "anonyme" rend difficile le suivi des commentaires, on ne sait pas toujours s'il y a un seul "anonyme" ou plusieurs et combien.
Un pseudo pour chaque intervenant faciliterait la lecture...

Anonyme a dit…

"C'est oublier que l'état ne crée pas de richesse, il ne fait que la redistribuer."

Rolala, le vieux cliche...

Quand une entreprise paye pour construire un pont, ça crée de la richesse, mais si c'est l'Etat ça n'en crée pas? Il y a les pont richesse et les ponts pas richesse? Comment on les reconnait?

Demandez donc au sociétés d'autoroute si l'Etat n'a pas créé de la richesse pour elles en finançant les travaux pour brader les droits d'exploitation apres...

De même pour la recherche financée par l'Etat: c'est des avancées technologiques qui ne valent rien, alors que celles du prive valent de l'or?

La richesse, c'est ce qui est utile aux gens, ce que les gens jugent utile pour eux. La richesse, ça n'a aucun sens dans l'absolu. Quand l'Etat rend un service utile a quelqu'un contre impôt, il crée de la richesse aussi bien qu'une entreprise qui garde un bénéfice ou un bénévole qui le fait pour gratuit.

seb musset a dit…

Je vous conseille ce bille également de Romain Blachier, également AE. Plus nuancé et décryptant l'intox.

http://www.romainblachier.fr/2012/10/pigeons-autoentreprise-start-ups.html

Anonyme a dit…

Nous sommes ici dans le dogme anti-capitaliste, l'anti-économique, le «brisage de rêve», la démotivation quasi-sadique, le "je-ne-sais-quoi-qui-donne-la nausée"

Anonyme a dit…

Le pont est un exemple interessant de redistribution de richesse. L'état a prélevé de l'argent par l'impôt pour allouer cette ressource à la construction du pont. Donc il s'agit bien de redistribution, de réallocation de capital. Le tout est de savoir comment choisir ou le capital sera le mieux utilisé. Dans certain cas, l'état est mieux placé pour le faire que le privé. Dans d'autre cas c'est le privé qui est mieux placé pour le faire.

Chacun doit savoir garder sa place en fonction d'interets économiques et non idéologiques. Dès qu'il y a des décisions prises sur des bases idéologiques, il y a perte de richesse (richesse non créée) et tout le monde y perd. Sommes nous si riches que ca, que nous pouvons nous permettre de gaspiller notre richesse?

L'entreprise et le travail sont encore les meilleurs créateurs et redistributeurs de richesse.

La notion d'utile est très vague. Chacun en aura sa propre définition. L'état ou la collectivité sont parfois mal placée pour dire à chacun ce qui est utile pour lui. Le profit est souvent un meilleur indicateur d'utilité économique et social d'un bien ou d'un service.

L'intox ce sont tous ces discours anti entreprises et anti investisseurs.

Anonyme a dit…

Owi c'est trop vrai, c'est bien là qu'est l'intox... \o/

Et certainement pas dans le fait que l'auto-enculage est un moyen parmi tant d'autres de démolir le code du travail, d'abolir les congés-payés et même les arrêt-maladie par dessus le sacro-saint-marché-qui-est-sourceeeee-de-Richessee, sans parler bien entendu de démolir une bonne fois pour toute toute forme de syndicalisme qui ne serait pas affiliée à l'oligarchie, au patronat, et j'en passe !

Non le problème c'est les critiqueurs, les jamais contents, les assistés, les pauvres(parce que si ils le sont, c'est un peu de leur faute hein), les anti-investissement, les anti-rêves, les anti-riches, toute cette racaille islamo-communistes aux couilles atrophiées par ce matriarcat qui nous oppresse ! ^^

Mais malgré toutes les chaînes qu'on veut lui mettre, l'Entrepreneur demeure épris de rêves et de liberté ! De rêves dans lesquels chacun, homme, femme, enfant, sera une entreprise à lui tout seul, poussé en permanence qu'il sera, par ce système dynamique et efficient, à créer de la richesse par l'entremise d'une concurrence dynamique, quotidienne(point de jour férié ou même de repos de type "branlette fonctionnariale" pour l'Entrepreneur !) avec autrui, la concurrence, la compétitivité, seront pour tous sera La Réalité de Demain !

L'homme dans le respect de sa nature la plus profonde, redécouvrira la vraie Liberté qui n'en fini plus de mourir, dans cet union-soviétique francaise où nous survivons ! :'(

Anonyme a dit…

http://politeeks.info/auto_entrepreneur_pigeon

Anonyme a dit…

@taka >
Citation : "Ceux-là même qui ont pris des crédits de 25 ans pour acheter leurs cages à lapins"

Je ne vais pas m'étendre sur le reste de l'article, chacun à une opinion, et le cerveau qui la produit a bien ses raisons...

Je vais juste réagir sur ce crédit pour cage à lapins...

Ca me fatigue, car je sais que je vais vieillir. Je suis à la moitié de ma vie si tout ce passe bien.

Si je suis le raisonnement ambiant, je n'achète pas de cage à lapins, mais je continue à payer un loyer à la vieille peau qui a déjà reçu en 8 ans presque le tiers de la somme totale ?

Je ne me vois pas à 60 piges continuer à me prostituer au rabais, car on voudra pas d'un ancêtre...

c'est bien facile de parler, mais dans la réalité être proprio de sa cage à lapins en fin de cycle fait une grosse différence, car le système ne vieilli pas lui, moi si par exemple. Et vous aussi, vous tous.

C'est merdique de payer toute sa vie pour une daube de 50m2 à 250K€ ?
Moi je vois chaque jour quand je regarde le vieux d'en face grimper les marches de l'escalier, laissant l'impression que c'est la dernière, que la mort va venir enfin le chercher,.... que c'est déja ca de gagner ! Un p.t..n de chez soi pour finir sans devoir continuer à bosser quand il n'est tout simplement plus l'heure ou que la santé ne suit plus. Oui votre premier capital c'est la santé quand elle fou le camp, ca craint un max pour être productif.

Avoir sa petite cage à lapin, C'est ce qu'il y a en moins à retirer chaque mois de la pension souvent minable que l'état reverse.

Oui le banquier sera le proprio pendant 30 PIGES mais il y a l'espoir concret d'avoir un peu la paix avant d'aller de tirer sa révérence dans un hospice ou pire dans la rigole.

Sortez du monde du travail pour voir que si ca craint ca commence dans les familles. Entre l’État et les entreprises il n'y a souvent plus que l'individu. Les familles sont On prend le pognon quand il y en a. Les vieux vont à l'asile.

Vaut mieux une cage à lapin que rien du tout et toute sa tête car les idéologies abstraites binaires ca consomme le cerveau.

Dans quel état neurologique nous allons y aller à la pension nous autres masturbateurs de l'intellect en phase pré 3eme guerre mondiale ?

Anonyme a dit…

Je suis auto entrepreneur.

Mon marché consiste à faire du service à la personne, axé bricolage et jardinage.

Ma clientèle va de la haute bourgeoisie au plus démunis (qui bénéficient d'aides).

Autrefois j'étais salarié, c'ets à dire que je créai de la valeur ajoutée et que mon employeur me donnait moins que je produisai. Logique, si un employé est payé plus qu'il ne crée, soit l'entreprise coule, soit il fait partie de la fonction publique (troll troll =). De plus je n'étais pas libre de mes horaires...

Je me suis longtemps penché sur la création d'entreprise. Or le mode de prélèvement forfaitaire (on devrait dire arbitraire) des charges sociales fut pour moi un blocage majeur. Cela m'obligeait à travailler un certain nombre d'heures avant de pouvoir espérer toucher le moindre rond.

Avec l'auto entreprise, je suis (enfin) libre. Pas d'employeur pour m'astreindre à des horaires à la con et me voler le fruit de mes efforts, pas de taxes forfaitaires qui m’assujettissent à un certain volume et enfin, si un client me les broie, je l'envoie balader.

Je ne suis pas Steve Jobs, je dirai même que j'en ai rien à foutre de gagner un petit peu moins que le smic: je suis LIBRE et heureux.

Bien entendu, développer mon entreprise et dépasser les seuils de l'AE ne m'intéressent absolument pas.

Anonyme a dit…

Magnifique témoignage d'auto-entreprenariat ! :''-)


Souhaitons à tout un chacun de connaître pareil bonheur, pareil épanouissement social, familial, et professionnel ainsi qu'affectif, vraiment.

Et ne souhaitons pas le salariat ni même un revenu de base inconditionnel(père de toutes les oisivetés les plus terroriste qui soit !)à nos enfants mais bel et bien de devenir, des Entrepreneurs, des auto-entrepreneurs ! Marre des charges sociales, des taxes, et des assistés qui refusent de se lever le matin !

(marre aussi des roms mais, point de gourmandise ! ^^)

seb musset a dit…

Pour une histoire de mise en page qui faisait un gros blanc dans le thread, j'ai dû supprimer un commentaire que je re-publie ici [avec mes commentaires]:

"De Anonyme
L'article est plutôt professoral et convenu. Anticapitalisme contre liberalisme. Rien de très malin la dedans.

Je ne comprends pas l'acharnement contre le statut des AE.

Ca ne me parait pas anormal de pouvoir choisir le montant de charges sociales que l'on veut payer. [oui, et tant qu'on y est choisissons aussi qui peut etre soigné ou pas, et qui a le droit de manger et de vivre] Et pourquoi n'aurait on pas le choix de notre couverture sociale? [ah bah tiens paf !]

Pourquoi n'aurait on pas le choix de travailler pour soi même? [Note ici que le salarié est donc est un abruti qui travaille pour le plaisir]

Le secteur public français est l'un des plus lourd et important au monde (comparé au PIB et à la population). [Tant mieux, c'est pour cela que le pays n'est pas encore completement par terre] Les nouvelles lois de finances vont encore accentuer cette tendance. [Faux, pour le moment] C'est oublier que l'état ne crée pas de richesse, il ne fait que la redistribuer. [Education, santé, infrastructures, services de transport ne sont donc pas des richesses] S'il n'y a plus de secteur privé, qui créera de la richesse? [L'actionnaire qui crée de la richesse à long terme en demandant du 15% de rentabilité par an, ce rêve humide des neo-cons]

Au sujet de la fin du capitalisme. Le capitalisme ne s'est jamais aussi bien porté dans le monde (à part en France) [Bien sur, et ca constate tous les jours de La Nouvelle Orleans à Madrir en passant par Athenes et l'Islande]. Et le monde s'en porte très bien, la croissance mondiale est nettement supérieure à la croissance française" [Ex. Chine où le pire du capitalisme surfe à merveille sur le pire du communisme]

Anonyme a dit…

"Le pont est un exemple interessant de redistribution de richesse. L'état a prélevé de l'argent par l'impôt pour allouer cette ressource à la construction du pont. Donc il s'agit bien de redistribution, de réallocation de capital"

Ah, je comprend mieux. Quand c'est une entreprise qui fabrique le pont, c'est de la création de richesse, mais quand c'est l'Etat, c'est seulement de la redistribution.

C'est tellement simple et évident, comment n'y ai je pas pensé avant?

Loustik a dit…

Jamais vu une telle hargne pour dénigrer le statut d'autoentreprise !!!
Quand au rapprochement autoentrepreneur/libéralisme, je crois que vous n'avez pas peur des raccourcis audacieux !

Anonyme a dit…

Cette hargne hystérique s'explique très bien par le fait que dans la France stato-gauchiste, membre de l’Union européenne des républiques socialistes soviétiques, seuls la haine de la réussite et le vol d'autrui et l'assistanat prévalent ! \o/

N'oublions jamais : http://jean_paul.gourevitch.perso.sfr.fr/propagande/Barrere.jpg

Anonyme a dit…

(ainsi que la propension à défendre les voleurs de poules et autres enturbannés qui ne font rien qu'à construire des sous-sols sous nos mosqués)(ou c'est l'inverse je sais plus)

Anonyme a dit…

Je pense que l'analyse de Seb est conforme à la réalité. La majorité des auto-entrepreneurs ne gagnent presque rien (mais l'Etat ne les oublie pas quand il s'agit de passer à la caisse et il doit payer lui-même des charges sociales souvent élevées). C'est donc bel et bien un exemple de plus de la servitude (presque) volontaire. C'était à la rigueur intéressant pour les personnes ayant déjà un emploi stable, mais c'est tout. Nombreux ont été les naïfs qui ont cru au mythe de l'entrepreneur des années 80, ce héros, et en sont revenus depuis. Rien n'a changé, sinon qu'avec ce statut, l'individu tout en demeurant un esclave, n'est plus salarié et ne bénéficie pas de la même protection que ceux qui le sont. Encore une fois,le bénéfice est totale pour les employeurs qui n'ont plus à se soucier de la paperasse pour embaucher quelqu'un, ni à payer de charges sociales. Quant aux fameux "assistés" ce sont plutôt des désespérés perdus dans un désert qui auraient cru voir un cours d'eau. En période de crise, tout est bon pour survivre dans un monde où la règle demeure : chacun pour soi.

Anonyme a dit…

A voir et revoir de toute urgence : Henri Guillemin expliquant la Révolution française :Robespierre le honni le fut pour avoir fait la guerre aux possédants pour donner un peu aux travailleurs prolétaires
http://www.youtube.com/watch?v=XiM74n8I2Gc&feature=related

Anonyme a dit…

"En un mot, on dirait que les gens ont carrément renoncer à l'idée même qu'ils avaient le droit, et même qu'il était du devoir de l'état (sinon à quoi sert-il?) de nous fournir du travail normal, dans les entreprises, les administrations, les commerces..."

En un mot on dirait que les gens ont renoncé à être naïfs.
Aujourd'hui l'espoir fait vivre... mais au RSA.

Anonyme a dit…

Beaucoup d'autoentrepreneurs choisissent cette voie justement pour s'émanciper des patrons.
Mais à en écouter certains, la seule chose pire que d'être soumis à une entreprise, c'est de ne PAS être soumis à une entreprise...
Si votre idéal c'est de ne travailler pour personne pas même vous même, dites le tout de suite.
On ne peux pas tous être fonctionnaires.

Anonyme a dit…

Tous fonctionnaires... Gniiiiiiiiiiii le cauchemar soviétique continu de plus belle ! Bientôt tous soumis devant les communistes au gouvernement eux même talibans du coranique et tyranique code du travail ! :'S

On va droit dans l'islamo-gaucho mur des lamentations pro-étatiques ! gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Anonyme a dit…

Je re-explique l'exemple du pont pour celui qui fait semblant de ne pas comprendre.

En réallouant le capital nécessaire à la construction du pont, l'état a privé le propriétaire de ce capital qui n'a donc plus le choix de son utilisation et l'a alloué à une autre entreprise pour construire le pont. L'opération de réallocation n'a pas créé de richesse. C'est l'utilisation de ce capital qui va créer ou non des richesses.

La construction du pont a bien créé de la richesse, mais c'est l'entreprise de BTP qui l'a faite. Le propriétaire initial du capital aurait aussi bien pu utiliser ce capital pour un autre projet lui aussi créateur de richesse.

La légitimité de cette opération provient du fait que l'état peut envisager des opérations dont le profit est trop lointain ou aléatoire pour être pris en charge par le secteur privé. Le profit que la société retire du nouveau pont est trop difficile a mesurer directement. Dans ce cas le secteur privé ne sait pas faire.

Mais l'état ne sait pas toujours faire lorsqu'il s'agit de travaux publics. Il n'y qu'a voir le nombre de ronds points inutiles qui parsèment la France.

Mais quand l'état prive des individus de leur richesse ou de leur liberté pour des raisons idéologiques, il perd de sa légitimité. C'est ce qui se passe dans le budget 2013.

Anonyme a dit…

En parlant d'état, on peut parier qu'un jour(si ce n'est pas déjà fait), celui-ci impose dans les normes de construction des logements, l'installation d'une "prise internet" dans chaque pièce, y compris dans les toilettes !

En tant que libéral revendiqué, je me sens profondément et de manière permanente, agressé par mon entourage familial, par mes amis, mes collègues, mes voisins, bref, par cette planète d'assistés nourris au mamelon étatique et quand viendrait le moment où l'Homme(que je suis, tas de prostituFamellette !!), peut enfin espérer une juste et bonne solitude, hey ben non !

L'état me poursuit jusque dans mes propres chiottes !! Marre de cette planète où chacun n'aspire qu'a devenir chômeur ou fonctionnaire, plein l'cul !! Maudits branleurs !! :-@

C'est pourtant pas compliqué les gaucho, repeat after me : " les solutions libérales favorisent l'épanouissement de l'individu, le recul de la pauvreté, et la prospérité générale par dessus le(gniii)marché ! Bande de stato-larves !! :-@

zergy a dit…

« Mais quand l'état prive des individus de leur richesse ou de leur liberté pour des raisons idéologiques, il perd de sa légitimité. C'est ce qui se passe dans le budget 2013. »
Attend, là tu parles bien du futur budget qui prend en compte le TSCG qui prive les gens de la liberté du choix de société et des richesses communes pour contenter les dogmes du gentil libéralisme du marché qui rend heureux et qui fait des bisous ?

C'est quand même amusant les propensions qu'on les libertarés à se croire supérieurs aux autres (qui sont forcément lobotomisés par l'éducation Nationale-Socialiste) et d'avoir réponse à tout (faut dire que eux ils ont lu les beaux livre de tonton Milton et Hayek, pas comme les bougnoulo-bolcheviks que sont les pas-comme-eux).
Sachant que à chaque fois la réalité leurs donne tord, on comprend mieux pourquoi ils détestent que les autres puissent s'exprimer, surtout que les autres, ils ne sont pas comme eux, ils n'ont même pas un poster de Pinochet chez eux ou du pognon dans les paradis fiscaux ces losers. Vraiment ça serait bien qu'on puisse se débarrasser de ces gens sans que ça se vois trop, et le mieux, c'est de les pousser au suicide (au pire, libertaré sait que sa gated-community et sa milice privé le défendra des hordes de gueux)

Tuez les tous, le Divin Marché reconnaîtra les siens !

Anonyme a dit…

En lisant certains commentaires on comprend bien à quel point le français de base, après plus de 40 ans de socialisme débridé au delà de toutes limites, n'est plus qu'une limace qui attend avec impatience le chômage et le juteux rsa qui l'accompagne.

Je ne sais plus quel esprit pertinent disait(en substance) : " le métisse est l'aryen du 21 ème siècle ! "... Et bien on pourrait en dire autant de l'allocataire de prestations sociales dans son canapé fabriqué par des entreprises sous-perfusions étatiques.

Nous sommes criblés de dettes et de déficits, c'est à hurler de rage et de désespoir que d'assister à ce perpétuel génocide économique, perpétré par les adorateurs de staline, de pol-pot et de daniel mermet !


Quand on comprendra que l'économie est une science quasi-exacte et qu'elle est au centre de tout(ou tout du moins, elle devrait l'être bordayl !!!), ca ira déjà un peu mieux.

Et enfin, on pourra forcer les gaucho-larves à se mouvoir en dehors de l'oeuf étatique. Il sera temps !!

korama a dit…

40 ans de socialisme débridé?
j'ai du louper un épisode là... rappelez moi les noms des Présidents et les majorités des 40 dernières années???

Anonyme a dit…

C'est bien c'est bien les utopistes qui croient qu'il suffit d'attendre en braillant sur internet pour qu'un beau jour l'état providence se réveille et les sorte de leur vie de merde.

Sauf que pendant ce temps des millions de gens s'en tamponnent de vos luttes idéologiques de comptoir, et cherchent comment s'en sortir AUJOURD'HUI dans la réalité, pas dans un futur lointain ou un monde parallèle.

Mais continuez, à les traiter d'idiots utiles du libéralisme ou d'esclaves du système, tant mieux si ca vous fait encore mouiller le caleçon aujourd'hui d'être un rebelle de cour d'école, on reparlera de tout ca dans 30 ans, quand vous serez encore et toujours chez vous au chômage à glander sur twitter (l'héritier du café du commerce) à vous palucher le citron sur le libéralisme qu'à rien fait rien qu'à ruiner vos vies.

Anonyme a dit…

Exactement, dans trente ans, on en reparlera les larves ! Si d'ici là vous êtes pas tous morts d'avoir trop glandé ! ^^

Anonyme a dit…

Ca c'est les gauchistes. Toujours à mouiller leur froc dés qu'un arabe se fait rosser ou qu'un syndicaliste se fait virer. Ils ne connaissent que l'utopie et les fantasmes angélistes de bisounours.

Le Réel, ils connaissent pas. Faut voir comment on m'a traité comme la dernière des crevures quand j'ai essayé de monter mon entreprise de fabrication de sex-toys pour enfants !!

Limite si on m'a pas envoyé en hp/goulag ! Tout ces trous duc qui font rien qu'à nous tirer dans les pattes au lieu de réfléchir sur la réalité économique que nous traversons et d'essayer, avec ou sans nous, de trouver des solutions !!

ON FAIT CE QU'ON PEUT POUR S'EN SORTIR bande de branleurs !!

Évidemment les hippies drogués aux subventions étatiques ca ca leur passe au dessus !! Misères...

Anonyme a dit…

Wow se mouvoir hors de l’œuf Étatique, ou "On va droit dans l'islamo-gaucho mur des lamentations pro-étatiques ! "

Purée les mecs, va me falloir une aspirine. J'ai parfois l’impression de lire soral dans certains commentaires. Cette manie de coller les mots.

Ce qui est certain, c'est que ces discussions idéologiques aident, mais ne pèsent pas grand chose dans le quotidien. Juste un fix endogène d'endorphine.

La réalité est pragmatique, plus froide et semble fonctionner par cycles qui recommencent encore et encore en changeant juste le template.

Je me souviens d'une vidéo ou Seb lisant un livre d'avant la fin de la guerre 40. Le constat était que rien n'avait évolué dans les mentalités. comme si le peuple décrit dedans vivait encore aujourd'hui.

Pour l'auto entrepreneuriat, nous allons être de plus en plus nombreux travaillant à distance pour les commanditaires. Dans le business du Web c'est une bonne chose. Dans les autres domaines, plus physique, je me pose la question.

Anonyme a dit…

Beaucoup de petit palucheurs dans les commentaires mais hey les puceaux, quand vous serez fatigué de fantasmer sur l'ultra-liberalisme tout en faisant chier les patrons(les seuls qui devraient avoir le droit de vote car eux, au moins, se sont battus pour réussir) et les honnêtes gens(qui sont souvent les mêmes)peut être bien que vous pourriez vous mettre à BOSSER au lieu de vous moquer des gens qui eux, essayent réellement de s'en sortir et d'ailleurs je dirais même que je ne vois rien de mieux à l'heure actuelle, que l'auto-entreprise pour se sortir les doigts du cul de maman-état..

Mais ca, hein, ca risque pas je crois, trop occupé que vous êtes à tweeter et facebooker votre bolchévisme sur le dernier i-phone à la mode au lieu de chercher du taf.. D'ailleurs sois dit en passant, l'armée, c'est CMB, elle est dure, mais elle recrute !! ;-)

Y'a une vie qui gicle en dehors de call of duty, bande kikoo-lol sans swag ! ;-)

Anonyme a dit…

Cherches plutôt du boulot que des solutions mon gars, parce que même si t'en trouves un jour l'univers aura implosé avant qu'elles soient appliquées.

Et toi tu seras depuis longtemps mort d'un AVC dans la baignoire de ton HLM en criant eurêka, parce qu'à force de chercher tu auras enfin compris l'essentiel ; tes solutions tout le monde s'en branle, t'es pas maître du monde.

Anonyme a dit…

ouais le looser qui va crever dans son hlm soviétik dans sa banlieue pourrrie pleine d'arabes trop mdrrr

au taf les faignasses :-)))

Anonyme a dit…

L'auto entrepreneur c'est pas mal, comparé au salariat, rien que le matin. Quand tout le monde se lève ensemble pour aller se perdre dans les bouchons, la pollution, se geler les burnes, l'auto entrepreneur sur le web, se lève une ou deux heures plus tard voir taff la nuit...un chocolat chaud à la main ou un café, une clope, lire les post-it : Appeler Pierre pour signer le contrat du site (cette aprem peut être). Upgrade CMS et template du site de Jean (quand il aura payé ce qu'il me doit encore l'enfoiré), apprendre le html 5 css3 le xhtml meurt (au lieu de me masturber sur youporn.

A oui mettre un pantalon et un slip. :D ^^

Anonyme a dit…

L'auto-entreprenariat, c'est tout simplement l'avenir. Mais bien sûr, ce gouvernement pro-communiste/pro-gay/pro-syndicaliste veut détruire ce merveilleux statut.

Par envie, par jalousie de la réussite de l'autre, comme toujours. ^^

Anonyme a dit…

Bravo. De toute façon la France se dirige droit au crash à l'image de la Grèce. Mais je pense que 10 ans c'est trop !

Anonyme a dit…

ah, je comprend. l'Etat ne crée pas de richesse parce qu’il prend de l'argent a un "contribuable" pour faire son pont.

Par contre l'entreprise crée de la richesse parce qu’elle prend son argent a un "client", ce qui n'a rien a voir.

C'est tellement simple et évident, comment n'y ai je pas pense plus tôt?

Ben a dit…

J'avoue avoir un peu de mal à suivre les commentaires (que j'ai tous sagement lus).
Certains sont trop grossier pour être vrais, d'autres sont aux limites de la caricature.
J'avoue que je m'y perds.

En tout cas, pour avoir créé mon EURL et avoir dans mon entourage (TRES) proche un AE, je ne peux que confirmer les limites du statut. D'ailleurs cette personne le lachera dès qu'elle aura la possibilité de retourner en salariat (le confort n'est pas une honte ;) ).

Bien à vous,

Ben

Anonyme a dit…

Le client a le droit de choisir son prestataire et le pont qu'il veut construire. Il participe à la décision. Le prestataire doit bien faire son métier s'il veut rester dans le métier.
Le contribuable n'a aucun droit sur le pont qui doit être construit. C'est l'état qui choisit pour lui et n'a au final que peu de compte à rendre.
Pas dur de comprendre la différence entre un état et une entreprise.

Il serait temps de comprendre que le modèle promu par la gauche n'est pas non plus un idéal.

Le Parisien Liberal a dit…

un libéral ne prétendra JAMAIS détenir la clef du bonheur des gens. C'est typiquement socialiste que de croire que la politique a pour but de rendre heureux, et ca fait peur, car ca aboutit à Animal Farm.

Anonyme a dit…

"Le client a le droit de choisir son prestataire et le pont qu'il veut construire. Il participe à la décision."

Ca c'est vrai pour acheter des T shirts ou du poulet, mais pas toujours. Par exemple, je n'ai pas le choix de mon fournisseur en eau du robinet. De meme dans le cas du pont, le client final est surtout l'usager du pont, pas celui qui le fait construire (ce qui indique au passage que tu n'as pas bien compris le problème...). Or celui ci n'a en général pas le choix du pont qu'il doit prendre, et en construire plusieurs est contre-productif. On a donc un bel exemple de cas ou l'Etat est bien mieux place qu'un entrepreneur prive pour répondre a un besoin.

"Il serait temps de comprendre que le modèle promu par la gauche n'est pas non plus un idéal."

Il serait temps d’arrêter de prendre ses leçons d’économie auprès de gens qui ont financièrement intérêt a la privatisation.

Et puis quel modele? Quelle gauche? C'est un concours de la remarque la plus vague possible?

Anonyme a dit…

Ce qu'on peut en deduire, c’est que lorsque le cap qui est donné est sérieux et positif, on a envie de se battre dans un environnement même très dur.

Mais quand le message passé est aussi peu motivant, on adapte ses ambitions au strict minimum vital, ce qui est tout sauf contributeur d’emplois futurs…

Anonyme a dit…

Le pont est un exemple dans lequel l'état est mieux placé que le privé (comme je l'ai dit plus tot) pour allouer le capital (il est trop difficile de mesurer le profit aporter par le pont). Mais cet exemple ne peut pas être généralisé au reste de l'économie: revoir l'exemple des ronds points. En plus il s'agit du domaine de l'investissement public qui n'est pas le budget le plus important de l'état.

Donc je maintiens, l'état ne crée pas de richesse. Il la redistribue. Les allocations, indemnités, subventions, emplois aidés, c'est de la redistribution. Il n'y a pas de création de valeur. La légitimité de cette redistribution c'est la solidarité.

Si on dit que allouer de l'argent crée de la richesse, il faut admettre que inversement prélever de l'argent détruit de la richesse. Donc l'impôt détruirait de la richesse!!! Hum hum.

En effet je suis pour la privatisation car je pense qu'en France le secteur public est trop important pour un résultat qui est loin de faire réver (chomage structurel, rigidité du corps social ...).

Le secteur public n'est pas l'idéal que l'on nous vend. Les politiciens n'ont pas les mêmes interets que les citoyens.

Pour finir il n'y a pas d'économie de droite ou d'économie de gauche. Les agents économiques ne vont pas changer de comportements en fonction de la couleur politique de leurs dirigeants.

seb musset a dit…

Oh p*tain on en lit des merveilles !

korama a dit…

L'éducation et la santé, ce n'est pas de la richesse. Alors que TF1, les cloppes et le pinard, oui.

tomtom a dit…

Suis bien d'accord avec Korama. Cette histoire de larbins et d'esclaves c'est complétement à coté de la plaque.

Anonyme a dit…

Toujours en forme Monsieur Musset !

Là où on comprend (une fois de plus) l'étendue de votre discours et le désert de votre réflexion, c'est qu'en parlant d'exploiteurs et d'exploités vous oubliez bien évidemment de mentionner que le premier des exploiteurs c'est bien entendu l'Etat qui, à travers le fisc, vole le peuple pour s'assurer ses privilèges. Et selon vous on devrait encore lui dire merci, merci de me prendre mon blé pour le jeter par la fenêtre, tuer des afghans et surtout ne pas résoudre les problèmes de pauvreté ou de sous-emploi, oh oui merci encore un peu de vaseline !!

Bref, pour vous comme pour tous les tyrans en puissance, les individus ne sont que des enfants irresponsables qui n'ont pas d'autre droit que de vous obéir, vous qui êtes tellement éclairé de ce qui est bon pour eux. Que certains aient envie de vivre libres et en accord avec leur prochains, sans "bénéficier" des "service" pourris de votre cher Etat, sans son inter-médiation permanente violant leur sphère privée, ça vous débecte, et c'est bien normal.

Rassurez vous, je fais bien plus pour aider les pauvres et mon prochain que vos logorrhées collectistes forcées ne feront jamais, et moi au moins je n'ai pas honte de le faire volontairement, sans flingue fiscal sur la tempe. Les gens normaux agissent de manière altruiste d'eux même, les détraqués appellent l'Etat-nounou pour fonder une société sur la coercition et l'arbitraire d'une minorité d'élus oligarchiques. Vous voulez une société de moutons au service de votre intelligentsia, régulés par la force et la loi du plus fort: l'Etat; certains veulent d'un monde ou les relations humaines sont volontaires et consensuelles, débarrassées des dogmes constructivistes. Vous avez fait votre choix, tant mieux pour vous.

zergy a dit…

C'est fou le nombre de Pinochiste qui passent par ici, et bien entendu, comme tout les libertarés, non seulement ils se prennent pour des êtres supérieurs, mais ils sont incapables d'assumer leurs idées, la preuve, ils postent en tant qu'anonymes.

Anonyme a dit…

pour faire rire les auto entrepreneurs faut un papier sur les stagiaires à perpétuité par exemple

Anonyme a dit…

Punaise, 76 coms au moment où j'écris ! Mon Seb, t'as touché un point vraiment sensible socialement là :) !

Bn, comment dire, pour rajouter une pierre au menhir existant, je trouve que Max Self et les autres qui vont dans ce sens n'est pas dénué de fondement (sans toutefois affirmer qu'ils n'auront jamais de chance dans la vie, que je suis drôle). J'ai une très bonne amie qui fabrique des tambours, des calumets, enfin des 'objets d'inspiration ancestrale' (j'adore cette définition en fait). Ben, même si par idéologie j'adorerai détester cette mesure-loi-décret (je sais pas bien quoi utiliser), je dois avouer que ça permet à quelqu'un d'hautement incasable socialement de pouvoir tenter de vivre de son talent...
Voilà, m'auto-entrepreneuriat est un concept plus compliqué qu'il n'y parait... En tout cas, pour les métiers de l'art, ça se discute.

Manureva.

Arthur Hache a dit…

Ce que j'adore dans ce genre de diatribe «antilibérale», c'est qu'elles sont publiées sur Bloguer, un produit Google.

Vous savez, Google, la start-up «ultralibérale» née à la fin des années 1990-début 2000 en Californie. A l'époque où la politique qui est défendue ici était déjà au pouvoir en France.

Politique qui se serait empressé de tuer dans l'oeuf toute tentative de Google française, au nom de la lutte contre le «libéralisme», à coup de 35H00, d'impôts sur la fortune, et de «mort aux stocks-options».

Symbole même de la faillite politique, économique, sociale et culturelle dont ce cancer «antilibéral» se nourrit.

Arthur Hache a dit…

«mentionner que le premier des exploiteurs c'est bien entendu l'Etat»

Cet «Etat» dont vous parlez à un nom, ou plutôt deux: ENA (qui constitue l'ossature du gouvernement de hauts fonctionnaires revenu au pouvoir) et Statut de la fonction publique. L'ENA et ce statut ayant été créés par Maurice Thorez en 1946 à son retour de Moscou où avait passé la guerre sous la protection de Joseph Staline.

Ils ont vécu dans la peur pour leurs privilèges pendant 5 ans, et comme on dit dans la France acculturée aux séries et films américains: It's payback time!

seb musset a dit…

@zergy > Oui et c'est une leçon de l'article. Les autoentrepreneurs en plein rush passent leurs journées à commenter les blogs.

@Arthur Hache > Oui. Je pense que l'étudiant californien qui a crée Google a pesé le pour et le contre des 35h françaises et de la taxation de l'ISF avant de définitivement se décider à rester chez lui, avec pour seul but d'empiler les milliards avant 30 ans. Ce qui est finalement le seul but valable pour entreprendre, hein, nous sommes d'accord ?

Pour Google. Qu'on me fasse une plateforme aussi bien ici (sans besoin d'avoir bac +13 pour l'utiliser) et j'y vais. Certes, les entrepreneurs ont pondu un site de rencontre appelé "defensepigeons", mais c'est encore moyen au niveau de l'ergonomie et pis c'est chapeauté par l'UMP alors bof...

Arthur Hache a dit…

«fou le nombre de Pinochiste... comme tout les libertarés, non seulement ils se prennent pour des êtres supérieurs, mais ils sont incapables d'assumer leurs idées, la preuve, ils postent en tant qu'anonymes.»

C'est vrai que c'est étonnant que ce blog ne soit pas réservé aux staliniens qui ont le courage, comme vous, de signer de leur nom.

Puisque bien entendu, zergy, c'est bien votre nom, n'est-ce pas?

Arthur Hache a dit…

Qu'on vous fasse?

Avant d'être les entrepreneurs que vous décrivez, les créateurs de Google étaient deux créateurs de start-up dont rien ne permettait de prévoir le succ. La seule chose qu'on pouvait prévoir, c'est que s'ils avaient été français, des sebmussais de l'époque se serait empressé de ricaner comme vous le faite ici, pendant que d'autres sebmussais mieux placé dans l'administration se seraient dépêchés de leur mettre tous les batons dans les roues pour les empêcher de réussir. Votre haine d'Apple et de Steve Jobs est là pour en témoigner.

seb musset a dit…

Oh mon dieu... Le complot des fonctionnaires de la terre creuse pour empêcher d'entreprendre.

Ce message est envoyé depuis mon Iphone

Arthur Hache a dit…

Oui, et dans ce monde d'Internet, ce complot avait même un joli nom: le Minitel, sur lequel non seulement ces fonctionnaires exerçaient un monopole jaloux, mais aussi une sévère taxation au passage, à 10€ de l'heure.

Ce racket est mort, et ces fonctionnaires dont vous faites partie, où alors vous êtes maso, en restent profondément traumatisés.

Et je précise, au cas où, qu'ils ne sont pas traumatisés de ne pas avoir libéré les télécommunications plus tôt.

Arthur Hache a dit…

Et puis attzntion à la manière dont vous écrivez sur votre blog sebmussais, après toutes vos diatribes sur Apple et son IPhone.

Parce que vos messages sont signés: «ce message est envoyé depuis mon iPhone» :-D

Arthur Hache a dit…

Parce que franchement, sebmussais, avec vos messages signés «envoyé avec mon iPhone», vous n'avez pas honte d'exploiter les pauvres misérables petits chinois? :-D :-D :-D

seb musset a dit…

@Arthur Hache > Gné. Ça s'appelle de l'humour. (Disclaimer : Mon dieu que ces libertarés sont cons)

Arthur Hache a dit…

«Le syndrome de l'auto-entrepreneur»

sebmussais, rassurez moi. Vous savez que votre iPhone a été inventé par jn auto-entrepreneur qui a raclé les fonds de tiroir pour débuter en travaillant dans le garage de la petite maison de sln père?

Tous ensemble, tous ensemble: A bas les auto-entrepreneurs! Vive les entreprises d'Etat! (ce message est envoyé depuis mon Be-bop, fabriqué par Alcat, entreprise nationalise par un vrai gouvernement socialiste pour le bien du peuple! :-D

Arthur Hache a dit…

Heureusement que les ennemis de la liberté peuvent étaler leur intelligence grâce à Google. :-D

Kaos a dit…

Ca ressemble de plus en plus à chez CSP ici, non ?

zergy a dit…

Huhu, on en tien un bon là.
Le cerveau binaire de mongoloïde mono-neuronal « Si vous êtes pas avec moi c'est que vous zêtes que des fonctionnaires Staliniens ! GNIIII. »
On passe sur le Internet/Minitel puisque Internet renviens vers le modèle Minitel (kikou le Cloud Computing/Gaming et les terminaux stupides comme les iPhones ou iPad)

Ah, et puis bien entendu, avant l'auto-entreprise, il était impossible de créer des sociétés en Frankistan Bolchévisé, c'est bien connu.

Bon, vu ton nombre de messages, tu dois être un branleur planqué à rien foutre, comme nombre de libertarés.

Anonyme a dit…

"flingue fiscal sur la tempe" ;"Etat-nounou" ;"la loi du plus fort: l'Etat" ; "ennemis de la liberté"


Rien qu'à leur discours, on reconnaît tout de suite les libertarés qui sont absolument tous des sous-merdes dégénérées. Leur logique(qui est vielle comme le monde)ainsi que sa représentation politique actuelle ont déjà causé tant de morts et de souffrance mais ce n'est jamais assez ! Encore et toujours plus.

Ils la plupart la temps le réel par l'entremise de leurs délires de fous-furieux. En fait, les meilleurs défenseurs de l'état, c'est encore eux ! ^^

(faut voir le niveau de foutage de gueule de ces tas d'fientes quand même...)

Anonyme a dit…

Le discours ambiant : l'entrepreneur, un ubermensch qui prend des risques ; le salarié, un contribuable qui jouit dans la sécurité.

zergy a dit…

« En fait, les meilleurs défenseurs de l'état, c'est encore eux ! ^^ »
C'est clair qu'à force de couiner des conneries et à mettre en place des politiques qui ne fonctionnent pas, ils vont réussir à rendre l'URSS presque sympatique ces cons là.

Anonyme a dit…

et il y a pire : le Smicard, salarié non imposable, un quasi assisté qui survit de par la bonté de l’Entrepreneur !

Anonyme a dit…

Je pense que l'anonyme de 11:34 a oublié quelques mots, dont le mot "inversent", car les libertarés semblent très accro à l'inversion de la réalité, effectivement.

Anonyme a dit…

Le libéralisme, ça marchera. Un jour. Forcément. Il le faut. Si'il vous plaît...

korama a dit…

Bon, fini de rigoler. Seb, à 100 com' tu payes le champomy?

Anonyme a dit…

Les agents du fisc sont passés. Nous ne mangerons pas cette semaine...

Arthur Hache a dit…

«Internet/Minitel puisque Internet renviens vers le modèle Minitel (kikou le Cloud Computing/Gaming et les terminaux stupides comme les iPhones ou iPad)»

Le Minitel, en fait, c'était le Cloud+iPhone+iPad!!!

Ça délire grave chez les soviets! :-D

Anonyme a dit…

Libéral en France, les enfants me jettent des cailloux en riant, et dire que j'ai emprunté Hayek à la bibliothèque. J'ai peur d'être dénoncé !

Anonyme a dit…

VOUS N'AUREZ JAMAIS MA LIBERTÉ DE PENSER ET MES SICAV INDEXÉES NI MA PROPRIETE ! RESISTANNNNCEUUUUH !

Anonyme a dit…

Les soviets ne veulent pas comprendre que l'étatisme, c'est le mal. Merde, j'ai mis où ma carte vitale moi encore ?

Anonyme a dit…

Ouais l'état c'est le mal mais quand j'ai cassé ma boite parce que je suis une burne. Pas grave, je vais demander à l'Etat d'éponger!

Anonyme a dit…

En tant qu'entrepreneur, je crée de la richesse. Moi, pas mes connards d'employés. Et l'état me RACKETTE(et le mot est gniiiaible !). L'état, c'est la prise d'otage permanente.

Anonyme a dit…

Objectivement, on peut comparer les impôts à une forme de fascisme. Objectivement.

Anonyme a dit…

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/02/entrepreneurs-pigeons-des-craintes-beaucoup-d-approximations_1768734_3234.html

Anonyme a dit…

Discours ambiant : "les entrepreneurs prennent les risques et font les sacrifices personnels". Pas leur salariés ?

Gwendal a dit…

Je suis AE parce qu'entre un CA à 800€ mensuel et des stages à 400 bah j'ai fini par choisir. Enfin, mon ventre a choisi pour moi.

Pour supprimer les AE, supprimons les stages, vous verrez, dans plein de domaines (souvent proches des entreprises des "pigeons") ca aura un effet assez rigolo.

Anonyme a dit…

Tout libéral est une sous-merde dégénérée, une pute-maquereau qui finirait même par vendre ses enfants si l'occasion se présente. La seule richesse qu'il respecte réellement, c'est celle du bling-bling sur lequel il se masturbe, et les chiffres sur son compte en banque. Une merde quoi.

Oim a dit…

Bonjour,

[i]Je passe par là par hasard (un lien externe de presse online si je me souviens bien), et bien que je sois assez habitué à quelques threads de commentaires parfois endiablés, je suis amusé par plusieurs points, d'autres m'amusent moins, évidemment...
Ce qui est drôle, c'est que dans le cas - le plus fou - où l'on pourrait en douter, force est de constater (et revenir sur terre) que les sujets générant plusieurs commentaires finissent toujours par racoler un nombre effroyable de réac' de tous poils, n'hésitant absolument pas à nous gratifier de leur analyse hautement avisée, bien évidemment, où la médiocrité emboite le pas à la méchanceté brute... (où le sujet de l'info devient d'ailleurs presque secondaire)
Pourtant ce sujet "pourrait" être abordé autrement, mais peu importe ;) ...
J'ajoute en outre que le formulaire permet un nom plutôt qu'un statut "anonyme" qui n'arrange rien aux... invectives[/i]

Mais revenons au statut AE;

Il s'avère qu'après lectures et tri, seuls 2-3 posts s'attachent à décrire la réalité de l’auto-entrepreneur - et nous épargne l'analyse politique fumeuse - dans ce qu'il y a de plus pragmatique (j'ai lu un Max je crois...).

Pour celles et ceux qui auront le... la trempe, la volonté ou les possibilités, de faire abstraction de toute empreinte politique, le statut permet (sélection de ce qui ME plait, c'est donc subjectif, et dans le désordre):

- pouvoir le faire même en étant salarié;
- un chiffre précis de charges et fiscalité appliqués directement sur le CA (ce qui permet de connaître facilement ce qui est bénéfice réel)
- 0€ de CA = 0€ de contribution (même s'il faut déclarer le 0€, ce qui est normal aussi);
- une grande facilité de déclaration, compréhension et gestion de l'ensemble.

Bon, évidemment, ayant déja un boulot (dont je ne me plains absolument pas du salaire), je ne suis pas dans le noyau dur des AE, mais il faut savoir reconnaître les vertus "d'aération psychologique" que représente la pratique officialisée d'un savoir-faire et/ou d'une passion.
Certes, ne soyons pas naÏfs, l'état préfère aussi cela au black que pratiqueraient immédiatement 70% des AE actuels en cas d'abandon du statut.

Par conséquent je crois qu'il n'y a pas lieu de d'affecter systématiquement le statut à une posture politique ou à un parti, car on peut l'apprécier sans apprécier le gouvernement qui l'a créé (croyez-moi ;) ).

Reste la concurrence déloyale présumée aux artisans entre autres, je n'ai pas envie de me prononcer, ce que je peux dire est la chose suivante : faites ce que vous voulez (sur fiscalité et charges par ex. s'il le faut), mais ne touchez pas aux "0€ = 0 paiement", sinon effectivement il n'y a plus d'AE et je trouverais ça dommage.

seb musset a dit…

@Olm > Malgré les intox diverses, le statut est conservé tel quel (démarches simplifiés, pas de revenus pas de cotis. Seul change la fiscalité alignée sur celle des indépendants, soit une hausse de 3% si l'on dégage des revenus. Donc pas la mer à boire.

Anonyme a dit…

Putain d’assistés on devrait leur couper les aides, le marché du travail est bien trop rigide en France. Qui a besoin de la sécurité de l'emploi ? L'état nous empêche de travailler !

Anonyme a dit…

Cher blogueur… Vous dites "un dispositif pensé à l’origine pour contrôler les revenus d’appoints" puis vous dites "9 auto entrepreneurs sur 10 gagnent moins que le SMIC".
Il ne vous semble pas y avoir une relation de cause à effet ?…

On lit partout cet argument mesurant le revenu moyen des auto-entrepreneurs à l'aune du SMIC, et on fait semblant d'oublier que leurs revenus sont de toute façon plafonné et que bon nombre d'entre eux utilise ce statut pour pouvoir facturer légalement des petites prestations qui ne leur rapporte guère plus que quelques milliers d'euros par an (le genre de boulot qu'on faisait au noir auparavant…).
Il n'est donc pas étonnant que la moyenne soit en-dessous du SMIC, et c'est normal : pour beaucoup, ce n'est pas un tremplin pour lancer une entreprise mais une possibilité de légaliser une source de revenus occasionnelle.

Anonyme a dit…

Je complète : il est donc assez amusant de lire toute ces tentatives qui (en utilisant notamment et argument biaisé de la comparaison au SMIC) visent à démontrer qu'il s'agit d'un statut tout juste bon à générer des travailleurs précaires, sortent de bras cassés de l'entrepreunariat qui n'ont pas assez de c***lles pour ouvrir une vraie boîte et payer un max de charges comme tout le monde.

Anonyme a dit…

"Qui a besoin de la sécurité de l'emploi ?"

Les propriétaires d'appartement qui louent et les organismes qui accordent des prêts aux particuliers ?

Carlos a dit…

Bon moi j'ai 33 ans, l'âge du Christ et je vous le dit: Vous allez vous aimer les uns les autres bordel de merd* !

Embrassons nous libéraux et assistés. Nous partageons les mêmes miettes. Et nous acceptons tous les "pots de vins de l'Etat"

Les libéraux quand ca marche ca fait passer tout dans les charges à ne presque rien payer du salaire qu'ils se versent. Un libéral pour qui sa marche devient presque toujours une entreprise qui produit des charges... et ne se prive pas des avantages en nature.

Les assistés touchent leurs allocs aidant le marché à faire pression sur la classe moyenne salariale.
Utilisant leur misérable paye pour encore se bourrer la gueule dans l'oubli car ils n'ont pas la plume de certains bloggers.


Libéral ou pro étatisme on s'en fou nous respirons le même oxygène poisseux. Il va bientôt falloir imprimer des t-shirt "Je suis Libéral parce que je le vaut bien ! et je déclare le guerre aux assistés !"
PS : Mon CA est de 0.0000000 €

David.A a dit…

Un truc toujours aussi saisissant avec les libertarés, c'est qu'ils fantasment beaucoup le monde réel. C'est un peu logique, il ne sortent pas beaucoup et on des interactions sociales assez limitées, voire inexistantes. Malgré tout, les insultes dont ils abreuvent leurs adversaires sont révélatrices de ceux qu'ils s'imaginent être leurs contradicteurs : feignasses, assistés, larves,etc...etc...

Ce racisme de classe qui suinte ne demanderait sans doute pas grand chose pour muter en bonne vraie haine, et incendier un camp de (feignasses) de (voleurs) Roms (assistés). Ca les rassure finalement. Que ceux qui ne pensent pas comme eux soient tous des sales gauchiss. Leur monde n'est pas trop perturbé.

Et puis un jour ils en rencontrent dans la vraie vie. Cadre dans une banque. Et comme quand ils rencontrent un gitan ils lui demandent pourquoi il n'est pas en train de voler des poules, ils s'étonnera de ne pas trouver un chômeur.

Anonyme a dit…

On ne "profite" certainement pas de quoi que ce soit lorsqu'on touche des allocs. On touche une maigre pitance qui nous permet d'échapper à une mort trop rapide et même dans certains cas, qui permettent plus ou moins, de passer le cap et de vivre à nouveau, mais parler de "profit" serait plus qu'obscène.

Les libéraux eux n'en ont rien à foutre de survivre ou de vivre. Ils sont clairement dans la logique de type "comment exploiter autrui de la manière la plus légale et la plus décomplexée qui soit?" ; "comment conserver le plus possible mon ARGENT ?" ; "comment régner sur les autres et jouir de ma supériorité sur eux ?". Ca ne va guère beaucoup plus loin pour l'ensemble de ces cloportes.

Bien entendu certains y ajoutent encore et toujours plus d'hypocrisie et de perversion en se prétendant philanthrope. J'en connais des humains comme ca, qui donnent leur sang et font même du bénévolat, ca reste encore et toujours de parfaites crevures. Pire. Ce type de "hobby"(oui pour eux c'est ce que c'est)les encourage dans leur pathologie.

Anonyme a dit…

Je viens de passer une petite heure à imaginer une solution de compromis entre libéral et non libéral, toute mes simulations aboutissent au même résultat, c'est impossible ! Donc la loi du plus fort et du plus malin devrait continuer, en d'autres termes le libéralisme progressera car c'est une volonté mondiale... Donc vaut mieux très vite oublier vos anciens privilèges de salarié et commencer a produire de la richesse et l'exporter. Si l'état adhère tant mieux, je continu en france, sinon dommage je pars aux uk, en belgique ou en suisse. Je reviendrais faire les soldes en france bien entendu lol

Anonyme a dit…

Déjà que c'était pas la joie, dois-je :
1 - arrêter de travailler?
2 - travailler au black?
3 - créer une société offshore?

seb musset a dit…

4. Travailler pour un salaire correct et se mobiliser avec les autres travailleurs en cas d'abus.

Anonyme a dit…

Le 4 serait idéal, comme la preuve du paradis... Mais comment fait-on ?
Travailler pour un salaire correct signifie que l'entreprise doit être très rentable. Donc cela signifie qu'elle a de bon et nombreux client ! Mais si demain pour un produit équivalent, ton entreprise respectueuse est deux fois plus cher que son concurrent qui exploite ses employés... Qui va lui acheter des produits ? Comment va t'elle payer ses employés ? Autre exemple, ton entreprise veut fabriquer du smartphone en france. Elle aura beau innover le coût sera exorbitant. Elle tente qd même, mais il faut de l'argent et la banque rigole, donc elle rentre en bourse avec de supers idées pour obtenir de l'argent et les développer. Mais le type qui prête, pourquoi le ferait il ? Il prend un risque, si ce n'est pas a la hauteur du risque il se tournera vers plus rentable. Alors là l'anti capitaliste hurle, mais est le 1er a râler qd il veut acheter une maison et qu'il voit un crédit capé ! Ben, oui là il en veut pas ! Mais il oublie qu'il réagit comme un actionnaire, car c'est ce qu'il est même si c'est la banque qui gère les ordres... Je ne suis pas certain d'être bien suivi par tout le monde mais en résumé, comme je l'ai simulé a plusieurs reprise il n'y a pas de solution car il n'y pas vraiment de problème ! On est juste humain, autrement dit en mode de survie programmé.
Malgré tout, je respecte ceux qui rêvent encore d'un monde meilleur, j'ai perdu cela depuis bien longtemps et on peut dire que la courbe de mes revenus est inversement proportionnelle a cet état. Après c'est un choix perso. Sinon pour la liste du précédent commentaire, le 3 offshore est un bon début mais avant même de se poser le problème de la structure, il faut définir la machine a faire du cash, car après trouver le bon conseil c'est le plus simple !
Excusez mon français, je ne le parle plus très souvent.

Anonyme a dit…

Perso, le 1. me convient ! ^^

Gavroche a dit…

Salut Seb,

Je te lis toujours avec plaisir, mais là, tu charries un peu.

Je vais parler de moi, parce que c'est le cas que je connais le mieux.

Après une tentative de monter un commerce bio, des petits boulots et deux ans de chomedu, je me retrouve à 55 balais en fin de droits.

J'ai fait des formations (merci à l'ami Paul emploi), et me v'là en auto-entrepreneur, avec effectivement un CA minable, vu que je débute.

Mais c'était ça ou crever de faim. Avec bac + 8. Crois-moi, j'aurais préféré être salarié, et même syndicaliste militante, comme je l'ai fait pendant 30 ans.

Et c'est vrai que vu ce que je gagne, si je pouvais être exonérée d'un certain nombre de taxes, je serais plutôt heureuse, parce que je n'ai tout simplement pas les moyens de les payer.

Par exemple, la taxe qui a remplacé la taxe professionnelle, appelée CFE, est due, même si le CA est = à zéro...

Quand on pense que les boîtes du caque s'arrangent pour échapper à l'impôt avec leurs magouilles, ça met un peu les boules.

Et tu vois, ça ne m'a pas empêchée d'être dans les manifs pour les retraites, de vouloir sauvegarder ce qui nous reste de services publics et de droits sociaux.

Bref, je m'énerve. Mais en clair, tu te trompes de cible, même si, sur le fond, le libéralisme et l'individualisme, tu as raison.

Bonne soirée.

Hibou57 a dit…

« Et voilà nos jeunes dépolitisés (lire ce texte c'est bouleversant), se pensant Steve Jobs réincarnés »

Ça ressemble plus à un argument de propagande qu’à un argument fondé.

« grâce à un dispositif pensé à l’origine pour contrôler les revenus d’appoints des retraités vendant trois bricoles sur Ebay, »

Faux. Il a été proposé à toute personnes dont il a put être déterminé qu’elle avait des revenus, non‑déclarés, même faible.

« récupères par la secte pyramidale des libéraux »

Ça sent encore la propagande. L’auteur nous expliquera comment il justifie ce commentaire ?

« qui les appelle à manifester. Rien que l'idée d'une manifestation commune de gens qui ont opté pour l'isolement volontaire, »

L’indépendance et l’isolement sont deux choses différentes. On peut opter pour l’indépendance vis à vis de gens qui n’en ont rien à faire de vous, sans être isolationniste (la preuve par certains AE qui se regroupent dans une organisations).


« le piétinement des droits du travailleur »

On peut se payer le luxe de parler de piétinement du droit des travailleurs, quand on a un travail, ce qui n’est justement pas le cas de nombreux AE. Remarque décalée, donc.


« et la mise en compétition de chacun d'entre eux au bénéfice du commanditaire (qui aurait pu être leur employeur) »

L’employeur filtre comme chacun(e) sait, selon des critères de classes sociales, ethniques, religieux, etc, donc non, l’employeur n’aurait pas employé ses personnes, sinon elles ne seraient pas au chômage.

« devrait suffire à prouver combien ce pays a eu le cerveau dézingué par dix années de droite. »

Il a fait quoi jusque maintenant le gouvernement de la gauche contre le chômage ? Strictement *rien*.

« Combien étaient-ils à se bouger pour le maintien des services publics »

Manifester pour des gens qui ne les respectent pas et se moque d’eux ? C’est une blague ?

« ou contre la réforme des retraites ? »

Manifester pour un droit réservés à d’autres qu’eux ? Là, aussi, c’est une blague ?

daphne costomiris a dit…

Salut Seb,
Je t'ai connu plus inspiré. Personnellement, oui j'ai manifesté pour défendre les services publics, j'ai voté non au référendum de 2005 et Melenchon au premier tour l'année dernière, donc les généralisations à base de les AE sont tous de petits supo de l'ultra-libéralisme me font doucement rire (jaune).
J'habite en province sans aucune envie de déménager à Paris. J'ai des enfants que je prends plaisir à voir grandir. Et j'ai un vieux fond anar qui fait que j'aime aussi peu donner des ordres qu'en recevoir.
Je suis autoentrepreneur depuis 1 ans et demi (CA premier année 10 000€, j'espérais tirer vers les 15 000€ cette année).
Rassure-toi, je ne m’illusionne pas sur mon sort et je sais où est ma place dans la hiérarchie sociale (me prendre pour Steve Jobs, où ca?).
Je n'ai tout simplement ni l'envie, ni les capacités, ni les ressources financières, ni le temps de devenir une "vraie" entreprise et d'embaucher des employés (quelle horreur...) comme me le suggère Pinel.
Dans mon cas, c'est donc soit le statu quo (idéal quoi qu'en disent les culs pincés de la gauche caviar qui trouvent de manière hilarante que le SMIC est trop haut lorsqu'il s'agit des salariés qui demandent à être augmenté, mais trop bas lorsqu'il s'agit des revenus des AE), soit pôle emploi. Et compte tenu de mon secteur d'activité et de mes contraintes familiales pour un bon petit moment...). J'estime donc avoir autant de légéitimité à défendre mes droit que les salariés de Florange (que j'ai défendu). Bien à toi