La gauche sans doute

"Qu'est-ce qu'il se passe ? Il se passe la réplique de 2005.
Jean-Luc Mélenchon, 29.03.2012, France Info

Quelle fine et discrète tentative de la droite néolibérale de pousser la gauche à se diviser en flattant un Jean-Luc Mélenchon ne cessant de progresser dans les sondages.

Quoi ? Il y'aurait un problème Mélenchon ? Pour qui ? Avoir deux programmes de gauche en tête des trois premières intentions de vote à 30 jours du scrutin: où est la mauvaise nouvelle ?  L'un et l'autre des deux candidats ont déclaré qu'ils appelleraient à voter pour l'autre au second tour: où est l'interrogation ? Qu'un Front de gauche, passé de rien à 3e force politique en 5 ans, réunissent toujours plus de monde en meeting, "s'oppose de manière utile et constructive" et réintéresse au débat citoyen et au processus démocratique des centaines de milliers de citoyens désabusés par la classe politique: où est l'inquiétude ? Régénérer cette indispensable imagerie de gauche qui fait péter de trouille le bourgeois et redonne confiance au petit employé (la prise de la Bastille 2.0 avait une sacrée gueule) dans une campagne à dominante bleue (graphiquement au moins), ré-insuffler un air révolutionnaire dans un climat tristoune et agréger (presque tous) les divers courants d'extrême gauche pour permettre au PC de renouer avec ses scores d'il y a 25 ans: doit-on être vraiment s'en désoler à gauche ?  

Jean-Luc Mélenchon réussit son pari: recréer une dynamique populaire (en fait coaguler les 10-15% traditionnels de l’extrême-gauche dans ce pays) pour infléchir la ligne programmatique du Parti Socialiste tout en affaiblissant le Front National. Et si celui qui se voit comme l'avant-garde d'un mouvement européen de victoire dans les urnes contre les gouvernements néo-libéraux va plus loin, je ne m'en plaindrai pas. 

Mais ne nous trompons pas d'ennemi. Sur le packaging média et sa surexploitation, la montée Mélenchon arrange les bidons d'une droite qui peut ainsi, en une passe, détourner la question de son manque de programme et de ses maigres réserves de voix au second tour tout en tapant sur François Holland, suspecté de ne pas être assez à gauche aujourd'hui, accusé de faire alliance avec les communistes dans un mois. 

L'inhabituelle clémence à droite envers Mélenchon n'aura qu'un temps, trois semaines précisément. Après il resservira d'épouvantail. Hollande le sait parfaitement, d'où sa tempérance à se déporter trop loin du centre, bien que les évènements et la montée de Melenchon l'y poussent inexorablement. Ne perdons de vue la donne française:  une population de votants qui, par intérêt financier et / ou domination culturelle, est encore ancrée à droite. Notons à ce sujet la revalorisation opportune des retraites au 1er avril. L'équilibre du moment est de rendre désirable la gauche sans réanimer les vieux réflexes de droite. Chacun à leur manière, Hollande et Mélenchon y oeuvrent et, par-dessus tout, l'époque à bout de souffle nous y conduit. 

Le véritable question du premier tour n'est donc pas la puissance de gauche à donner à son vote, mais bien de voter. Le pouvoir en place a d'ailleurs été bien discret en matière de communication sur l'inscription sur les listes électorales et la simplisme procédure de vote par procuration (le 1er tour tombant en plein pendant les vacances scolaires).


Tiens d'ailleurs... j'aime beaucoup cette vidéo.

10 commentaires:

romain blachier a dit…

Belle analyse.

J'ai d'ailleurs trouvé hallucinant que des militants ump flattent, sur commande, Mélenchon. Il faut vraiment, du bas vers le haut du parti conservateur, être dans le simple politicien.

Dagrouik a dit…

L'équilibre du moment est de rendre désirable la gauche sans réanimer les vieux réflexes de droite. Chacun à leur manière, Hollande et Mélenchon y oeuvrent et, par-dessus tout, l'époque à bout de souffle nous y conduit.

BRAVO ! Bien dit , c'est exactement ça et ça va poser problèmes à certains de l'admettre.
Le contexte fait , que les suppositions des uns et des autres vont être balayées. Le contexte c'est cette crise qui dure, ces peuples qui acceptaient un peu et à qui on impose beaucoup plus de saloperie.

Le contexte c'est aussi la gauche qui va devoir se re-approprier des mots, et inventer le néo-collectivisme. Comment remettre du commun, du collectif qui ne soit pas forcément étatique...

Toutatis a dit…

Je crois que vous vous faites des idées sur Mélenchon. Il commence à baisser. Voir par exemple
http://www.bfmtv.com/sondage-exclusif-francois-hollande-cede-du-actu25416.html
Et il est faux de dire qu'il affaiblit le FN, puisqu'ils ne sont pas sur le même segment de la population. La gauche (y compris Mélenchon) continue d'être en majorité un choix de "bobos" vivant dans les grands centres urbains et de fonctionnaires. Les votes dits "populaires" vont en majorité vers Sarkozy ou le FN. Tout cela est discuté ici
http://www.dailymotion.com/video/xmz29o_les-matins-christophe-guilluy-et-herve-algalarrondo_news
Il semble que pour le premier tour les seuls mouvements se font à l'intérieur de chaque camp (droite et gauche pour simplifier) entre le candidat principal et les candidats secondaires.
Pour le second tour c'est plus compliqué. L'essentiel pour Hollande est que les votes populaires pour le FN ne se reportent pas sur Sarkozy comme en 2007. C'est pour cela je pense que Hollande va se tenir éloigné des thèmes fétiches de l'extrème gauche (comme les sans-papiers). Mais Sarkozy va essayer de lui tendre des pièges et de le faire tomber de ce coté là, et un vote fort pour Mélenchon va l'aider.

Anonyme a dit…

@Toutatis:

Ce n'est pas parce que c'est "discuté" ici ou la que c'est vrai.
De ce que je vois à mon petit niveau c'est même plutôt faux.
Je ne détiens pas la vérité mais des discussions basées sur des sondages fait en plein après-midi sur 1000 pékins sont une saloperie très loin d'une quelconque rigueur scientifique et à des années lumières d'études de sociologie...

Anonyme a dit…

(le 1er tour tombant en plein pendant les vacances scolaires). .... Parisianisme....

ALX a dit…

Les cartes sont entre les mains de Hollande, il est temps qu'il se bouge , qu'il coupe l'herbe sous le pied maintenant d'une droite qui se soude.

Cet à lui de tendre la main à Mélenchon. Il faut qu'ils s'unissent sinon il faut être aveugle pour ne pas comprendre ce qui va arriver.

J'aurais jamais penser qu'il puisse être réélu et bien maintenant j'ai plus que des doutes, d'autant plus qu'il est de bon ton de ne pas montrer son soutient à Sarko ou à Marine et croyez moi ces gens là ne manqueront pas de se lâcher dans les urnes!

Tassin a dit…

"Qu'un Front de gauche, passé de rien à 3e force politique en 5 ans,"

En 3 ans tu veux dire! Le Front de Gauche a été créé en 2009. Et le Parti de Gauche de Mélenchon fin 2008.

BA a dit…

Jeudi 29 mars 2012 :

Affaire Bettencourt : à qui étaient destinés les 4 millions d'euros ?

Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de la milliardaire, demande sa mise en liberté mais ne dit rien sur la destination des espèces retirées en Suisse.

Les avocats de Patrice de Maistre plaideront cet après-midi, devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, la remise en liberté de leur client. La comparution de l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, incarcéré depuis cinq jours à la maison d'arrêt de Gradignan (33), suscite une forte effervescence médiatique. Cet orfèvre en gestion de patrimoine, soupçonné sans aucune preuve irréfutable d'avoir financé illicitement la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, serait-il sur le point de se libérer de ses secrets ?

Si d'aventure il se laissait aller à quelques confessions, il n'est pas certain que celles-ci bénéficieraient d'un large auditoire. En matière de contentieux de la détention, la publicité des débats est la règle. Toutefois, le ministère public ou le prévenu peuvent demander que l'audience se tienne à huis clos, au nom de la confidentialité des investigations à venir ou de la nécessité de ne pas porter atteinte à la présomption d'innocence. Un scénario qui a de fortes chances de se produire aujourd'hui.

http://www.sudouest.fr/2012/03/29/a-qui-etaient-destines-les-4-millions-d-euros-673054-7.php

brassus a dit…

Concernant l'augmentation des retraites, elles le sont régulièrement au 1er avril, ce n'est donc pas un effet de campagne électorale, mais c'est vrai qu'elle semble être présentée comme tel.

BA a dit…

Jeudi 29 mars 2012 :

Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître.

La France a 13,5 % de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté monétaire (c'est-à-dire moins de 950 euros par mois pour une personne seule). Ce chiffre, qui représentait 8,2 millions de personnes en 2009 (dernières statistiques disponibles), n'a fait que se détériorer depuis 2004 (12,6 % à l'époque).

Plus inquiétant, la très grande pauvreté est elle aussi en augmentation : depuis 2004, le nombre de personne vivant en dessous du seuil de 40 % du niveau de vie médian (640 euros pour une personne seule) est passé de 2,5 % à 3,3 % de la population totale, soit 2 millions de personnes. Or à ce niveau d'exclusion, les chances de sortir de la pauvreté deviennent très minces.

Samedi 24 mars 2012 :

La fortune de Nicolas Sarkozy a progressé de 30 % depuis son élection en 2007.

Le Président-candidat évalue son patrimoine personnel à un peu plus de 2,7 millions d'euros, contre 2,1 millions au début de son quinquennat.

Presque 650.000 euros de plus qu'en 2007. En cinq ans, le patrimoine personnel du chef de l'Etat aura progressé de près de 30 %. Comme l'indique l'édition de ce samedi 24 mars du Journal Officiel, Nicolas Sarkozy dispose désormais d'un patrimoine d'un peu plus de 2,7 millions d'euros. Une fortune qui se décompose de la façon suivante : contrats d'assurance-vie (2,58 millions dont 2,3 auprès de la banque HSBC France), diverses collections (autographes, montres, statuettes) estimées à 100.000 euros, ainsi que 56.919 euros crédités sur le compte courant ouvert au nom du couple, toujours auprès de HSBC France.

http://www.challenges.fr/elections-2012/20120324.CHA4646/la-fortune-de-nicolas-sarkozy-a-progresse-de-30-depuis-son-election-en-2007.html?google_editors_picks=true